Accueil > Critiques > 2006

I’m From Barcelona : Let Me Introduce You To My Friends

mercredi 30 août 2006, par marc


On commence à avoir l’habitude. On se doute que de même qu’Architecture in Helsinki vient d’Australie ces Barcelonnais n’en sont pas. Et on a bien raison, ce sont des Suédois.

On devine que les amis dont il est question dans le nom de l’album sont nombreux. On les retrouve dans des choeurs qui apportent plus de chaleur que de mièvrerie (je n’ai jamais caché mon aversion pour les choeurs en général).

Deux ingrédients nécessaires (mais pas toujours suffisants) pour réussir un album pop sont des mélodies réussies et une énergie communicative. Les deux sont réunies ici puisque tout ou presque est mémorisable et que les choeurs nombreux sont catchy. D’ailleurs c’est de la musique qui pousse parfois à bouger la tête de gauche à droite en sautant. Ca réclame une coordination dingue mais je suis entraîné comme une machine de guerre.

Pour ceux qui trouvent les éléments cités juqu’à présent trop parcellaires pour se faire une idée, je dirais que ça ressemble à ce que ferait Sufjan Stevens s’il se consacrait entièrement à la pop.

Plus que le rock-pop à guitares, c’est sous cette forme-ci que je préfère la musique légère. Les russites émaillent d’ailleurs cet album. Avec Treehouse en pôle position mais aussi Overslee, Collection, Rec And Play.

Un bon petit album pour clôturer l’été et aborder des jours plus difficiles avec le sourire puisque cet album léger apporte tout ce qu’on est en droit d’attendre de lui. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)