Accueil > Musique > 2006 > The Veils : Nux Vomica

The Veils : Nux Vomica

mercredi 30 août 2006, par Marc

Confirmation d’un talent maintenant certain. Nick Cave, sors de ce corps !


C’est à The Veils que je dois ma première découverte coup de cœur pour ce site. L’excellent The Runnaway Found était en effet un de mes albums favoris de 2004. Juste supplanté par un Franz Ferdinand en état de grâce. L’intensité, la chaleur, la rage parfois, tout était là. L’ange tutélaire du lyrisme était Jeff Buckley, pour la chaleur humaine exacerbée mais dénuée du pathos exagéré qui distingue les réussites des pleurnicheries. On attendait donc impatiemment le second album, encouragés par une bonne prestation dans un Pukkelpop cruel pour les groupes plus subtils (on pense à The Dears et autres Guillemots, mais comment fait Radiohead ?).

La figure auquel on pense immédiatement ici ne s’est pas noyée dans le Mississipi mais serait plutôt Nick Cave. Pour les orchestrations piano-guitare-violon, pour l’ampleur, pour l’entrain (sisi) de ces balades bien emmenées. Mais la voix est toujours aussi singulière et est tellement différente du ténébreux Australien (en passant, Finn Anthony est Néo-Zélandais) et personnalise d’autant plus The Veils et lui confère son intensité en toute circonstance. Les mélodies ne sont-elles non plus jamais oubliées, ce qui vu le style pratiqué, rend cet album aussi attachant. Et comme elles ne sont pas noyées dans de la mièvrerie à la Keane, on en profite vraiment.

Advice For The Mothers To Be pour sa part ressemble très fort à un ancien titre de Pulp, Countdown. De l’époque où les natifs de Sheffield pratiquaient une pop tordue et malsaine. Rien de pervers ici cependant, on a une balade positive. Dans le même ordre d’association inattendue, on pense déceler du Cure récent sur One Night On Earth.

Si la variété est moindre (pas de morceaux nettement au-dessus comme l’étaient The Leaver’s Dance et Lavinia), si les envolées lyriques ont disparu, on retrouve un rock de bastringue sombre mais pas étouffant, prenant sans être élégiaque. Et pouvant se risquer à une douceur qui se révèle pourtant si difficile à négocier (Under The Folding Branches).

Dans ce ciel tendu l’orage gronde toujours, quitte à exploser de temps en temps comme sur les déflagrations qui pourraient aussi être celles des Bad Seeds (Jesus For The Jugular, Nux Vomica, Pan) et créent une véritable tension. Or c’est l’intensité qui décide de l’intérêt d’un groupe. Si vous avez entendu des Coldplay récents vous voyez de quoi je parle. The Veils devient donc un groupe qui se ressent et accède directement à la catégorie des Black Heart Procession ou autres Wolf Parade par exemple. Le manque de points de comparaison est d’ailleurs symptomatique d’un ton bien à eux.

L’accès est un peu plus difficile vu qu’il n’y a pas de titre à mettre en avant. Ni à jeter, ce qui ne gâche rien. Dès le second album, The Veils a déjà évolué, trouvé un ton sans rien perdre de son intérêt. Si vous voulez mon avis, c’est la marque des tout grands. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)