Accueil > Musique > 2006 > Alien Ant Farm - Up in the Attic

Alien Ant Farm - Up in the Attic

jeudi 31 août 2006, par Fred

Peut-être l’origine du mot "rockin chair"


Amusant comme certains styles ont la vie dure. Nous voici donc une fois n’est pas coutume avec un album de rock dans sa plus simple expression. Pas de métissage électro ici, pas de dérive folk, pas de foutoir à 36 mains, 6 voix et trompettes.

Des chansons rocks simples et efficaces semblent être la marque de fabrique de Alien Ant Farm depuis leur premier album. On sent d’ailleurs bien les rémanences/ influences des courants punk et grunge américains.

Certains riffs sonnent bien, particulièrement sur les premières chansons de l’album et Forgive & Forget arrive presque à nous faire taper du pied.
Mais à force de ne rien bousculer et de rester dans les chemins établis, l’ennui ne tarde pas à se manifester.
En effet, rien ici n’est foncièrement mauvais mais tout est tellement convenu ! Après moins d’une écoute complète de cet album, on s’ennuie donc ferme (enfin, si on cherche quoique ce soit de novateur).

A ne conseiller qu’à un fan d’Alice in Chains en manque et qui n’aurait pas peur de se frotter à des idées noires.
Si vous ne répondez pas aux critères, passez votre chemin, il y a bien mieux à faire avec vos oreilles. (F.)

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Dewaere – What Is Pop Music Anyway ?

    Il est des gens qui ingèrent des boissons énergétiques comme on boit de l’eau, c’est un goût qu’ils ont développé. D’autres n’y recourent que dans des contextes particuliers. Il en est de même pour le rock plus musclé. On se range alors au rang des usagers occasionnels et ceci est notre canette du mois d’avril. Autant qu’elle fasse l’effet maximal.
    Si on a autant apprécié cette ingestion, c’est notamment parce qu’on retrouve un certain Maxwell Farrington au chant. Lui qui nous avait gratifiés d’un très (...)

  • Izzy and The Black Trees - Trust No One

    Non, la rockeuse n’est pas l’artiste la plus représentée dans ces colonnes virtuelles. On a pu parler de Baby Fire ou la bande de Cheap Satanism ou encore de Be Your Own Pet mais ce n’est pas énorme. Que dire alors des artistes polonais, absents ici en plus de 2400 articles. Mais quand l’occasion se présente sous la forme d’un album emballant, on n’hésite pas.
    Les figures tutélaires inévitables du genre sont Patti Smith et PJ Harvey. Le cousinage avec la référence des passionarias est patent sur Mr (...)

  • CSS - La Liberación

    L’insoutenable frivolité de l’être
    CSS pour « cansei de ser sexy ». Fatigué d’être sexy, le quintette brésilien a très tôt délaissé son électro-pop sensuelle et glamour pour un second album aux relents de punk mal digéré. Faisant suite à un premier disque jouissif, le pénible “Donkey” faisait figure de cas d’école dans le contexte des sensations d’un jour, ces nombreuses formations un peu trop vite montées en épingle et incapables d’assurer dans d’autres disciplines que le sprint. Bonnet d’âne, donc. Vient (...)

  • Grand Duchy - Petits Fours

    Réception chez les Thompson
    Grand Duchy... Petits Fours, c’est français ou Luxembourgeois ? Un duo d’après la pochette... Beaucoup de duos en France, écoutons... Mouais pas mal, mais je connais cette voix... Je la connais même très bien, c’est pas français du tout.
    Oui Charles Thompson aka Francis/Frank Black n’est jamais à court de surprises. Si c’est bien à lui qu’appartient cette magnifique nuque sur la pochette, c’est aussi à lui qu’appartient la dame à ses côtés (mille excuses auprès des collectifs (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)