Accueil > Musique > 2006 > The Isles : Perfumed Lands

The Isles : Perfumed Lands

jeudi 14 septembre 2006, par Marc

C’est du simili-smiths et c’est lavable en machine...


Dans lesclassements de la fin de l’année 2005 figurait une section "Meilleur Tribute-Band Des Smiths (prix Gene)". En entendant le second titre de ces Pays Parfumés (Our Kitchen Test) je pensais avoir sans conteste le lauréat de cette année. Mais les morceaux suivants m’ont plutôt fait changer d’avis, il s’agit plutôt de la réincarnation de Gene.

Bon, ouvrons une parenthèse pour ceux qui ont un peu perdu leurs repères années ’90. Gene était un groupe anglais qui, sur la foi d’un bon premier album (redécouvrez Olympian), sont passés pour des pilleurs de The Smiths. Si le style s’en approchait certainement, le chant moins affecté et le genre nettement plus pop et léger les différenciaient plutôt. Ils ont réagi en sortant un second album plutôt pompeux que j’apprécie pour des goûts coupables.

Retour en 2006. Contrairement à ce qu’on pourrait croire à entendre cet album et bien que signés sur un label de Manchester, The Isles proviennent de New-York. Malgré ce qui est affirmé en préambule, on ne pourra jamais confondre les géniaux Mancuniens et ceux-ci. Car le son se fait parfois plus électrique, la façon de jouer de tous les instruments est différente. Alors quoi, une hallucination ? Un désir de placer Morrissey comme référence la plus citée ? Non, du tout. Il y a dans la façon de poser les arpèges de guitare légère une influence plus qu’évidente. Mais est-ce agréable à écouter ? Oui, si les références citées vous plaisent, nul doute que ceci vous sera immédiatement familier. Rien de bouleversant non plus, la bande à Johnny Marr étant hors d’atteinte.

C’est paradoxalement en écoutant les groupes qu’ils ont inspirés qu’on se rend compte à quel point The Smiths est unique. Car c’est au niveau de l’émotion que l’indigence est la plus criante ici. La volonté est certes plus pop (le très gentil Summer Loans), mais il est difficile de mémoriser quoi que ce soit. Ils sont visiblement doués et leurs compositions sont bien troussées et interprétées mais l’anedcotique guette (Hide Your Work). On en ressort avec le souvenir d’une musique plaisante mais manquant de la plus élémentaire originalité pour surnager dans la mémoire et face à la pléthore d’albums plus ou moins nostalgiques qui éclosent comme des champignons après la pluie. Il manque aussi une certaine flamboyance. On sauvera pour la forme Our Kitchen Test qui est la forme la plus aboutie de ce qu’ils présentent sur ce premier album ou Eve Of The Battle qui sort un peu du lot pour son ton plus douceâtre et ses chouettes petits riffs.

Vous aurez remarqué que la musique légère reçoit souvent un accueil tiède dans ces pages. A vous de voir donc si vous allez pouvoir profiter des qualités intrinsèques de cet album qui, une fois identifiées les évidentes références mentionnées, ne m’est pas adressé.

On remonte le fil du temps. Exit les groupes cold inspirés du début des années ’80 (Interpol, The Departure, Editors), voici les groupes qui puisent leur inspiration au milieu de cette décennie en prenant appui sur une curiosité d’il y a dix ans (Gene). On a du mal à se défaire de cette vision passéiste de la musique mais certains groupes s’y jettent volontiers. Et The Isles ? Et bien, ces New-Yorkais vous offriront tout ce que vous serez en droit d’attendre de ce style : légèreté, limpidité des mélodies complexes appuyés par des guitares cristallines et une basse parfois plus discoïde. Mission accomplie. On peut prendre la machine à remonter le temps dans l’autre sens maintenant. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)