Accueil > Musique > 2006 > The Rapture : Pieces Of The People We Love

The Rapture : Pieces Of The People We Love

mardi 19 septembre 2006, par Marc

Prévenez vos genoux, The Rapture revient


Si nous ne sommes pas narcissiques au point de se relire souvent, les critiques publiées au début du site (il y a trois ans déjà) sont souvent marquées au sceau de la naïveté. C’est avec des oreilles neuves que nous avons abordé le premier album de The Rapture. La vague de revival post-punk n’en était qu’au début, les dancefloors n’avaient pas encore absorbé la masse de rock tord-genoux, DFA nous était inconnu et une cloche de vache était encore incongru comme son. Loin de moi l’idée de penser qu’on ait mûri mais c’est avec 300 albums écoutés depuis (ce n’est pas une hyperbole, il y en a même plus que ça) qu’on attend The Rapture au tournant dans l’exercice toujours périlleux du second album. Le piège nous est tendu autant qu’à eux.

Avec le recul, que nous proposait Echoes ? Un punk-rock-disco dansant, des perles véritables (House Of The Jealous Lovers, Sister Saviour, I Need Your Love) tout en minimalisme et guitares acérées. Un style qu’ont pratiqué, à des degrés divers et avec des réussites diverses Bloc Party,The Futureheads, The Rakes, Infadels ou !!! sans compter les futurs All Is Love. On sent de plus venue d’Angleterre une nouvelle scène prête à en découdre sur des Beats plus électroniques (Klaxons, on en reparlera certainement). Voilà, le décor est planté, on peut entamer l’écoute proprement dite.

Et elle part mal. Ils se sont assagis et ne font plus danser. C’est ce qu’on pense d’abord quand on se trouve face à un genre de The Killers aseptisé Don Gon Do It. On fait monter un peu la sauce sur le la plage titulaire. Les choses sérieuses n’ont pas encore commencé. Car elles vont commencer. Dès le troisième titre (Get Myself Into It qui devrait constituer le single qui va tirer cet album), qui nous emmène dans les eaux surchauffées du premier album. Et là, c’est parti, la marmite est en ébullition. Pas toujours bouillante, elle ménagera des crescendos qui ne fonctionnent que sur la longueur.

S’ils sont passés de DFA à Mercury, on sent planer sur First Gear l’antécédent qu’est le quasi-classique Yeah de LCD Soundsystem. On peut également convoquer les New-Yorkais de  !!! qui pratiquent ce funk à la fois froid et dansant. Du moins dans la longueur nécessaire pour bien profiter de l’ambiance installée. Tant qu’on est dans les influences, le refrain de The Sound nous oblige à citer les Talking Heads. Le gross riff de guitare apporte alors une agréable diversion.

Sur scène, The Rapture met en application certains principes du punk : c’est une technique parfois limitée qui permet l’efficacité. C’est d’ailleurs quand le chant s’essaie à plus de professionalisme (The Devil) qu’il est plus anodin. Par contre, c’est dans le registre musical plus restreint du premier album que c’est efficace (Whoo ! Yeah-Alright Uh… Huh, sisi c’est le titre). C’est là la force de The Rapture, la possibilité de se surpasser trois ou quatre fois par album. Le risque étant alors de considérer le reste des morceaux comme moins à la hauteur. Mais sur la longueur, l’album, s’il n’a pas le côté irréprochable des premiers albums de Franz Ferdinand ou Bloc Party, tient mieux la route que celui des Infadels par exemple. C’est de toute façon par tranche d’une ou deux tueries (j’en dénombre trois ici, proches du premier opus) que The Rapture se déguste le mieux.

Comme sur le premier album, il y a un moment d’apaisement (Live In Sunshine) comme aurait pu en pondre Death In Vegas. Cependant, ce n’est pas ce qu’on attend d’eux et je reste sur ma faim. Mais c’est placé en toute fin d’album, comme pour nous laisser nous essuyer. Les deux premiers morceaux apparaissent aussi sous un jour nouveau

Moins froid et métronomique, plus cohérent que le premier opus, Pieces Of The People We Love replace The Rapture à sa place : au milieu du dancefloor et dans le wagon de tête du rock à danser.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)