Accueil > Musique > 2006 > Razorlight - Razorlight

Razorlight - Razorlight

lundi 9 octobre 2006, par Fred

Ou comment j’ai failli me faire avoir...


Drôle d’idée que de faire un 2eme album éponyme...
Vous me répondrez que ce que tout le monde appele le White album des Beatles n’est pas leur premier. Juste.

Bon, cette critique, ça fait longtemps que je la traine.
Car comme toute album pop bien ficelé, je l’ai tout d’abord détesté, puis à la longue j’ai failli me faire avoir, la répétition et les écoutes distraites aidant, avant que le sens critique et le recul ne me sauvent.

Qu’a-t-on donc à se mettre dans les oreilles quand on écoute ce Razorlight ?

Tout d’abord, In the morning, parfait single dont le couple guitare/ basse rappelle fortement The Clash. Vient ensuite Who needs Love ? qui montre un des obscessions des groupes anglais : faire une chanson "Beatles", avec le piano, des "Love" à chaque couplet et tout, et tout.

Hold on quant à lui sonne comme une chanson 70’s - 80’s. Je sais d’ailleurs pas si c’est du au tambourin, mais ça donne envie de bouger. Un bon point.

Le 3eme single de l’album, America, poursuit dans un style pop/rock plus doux, dans un style qui rappelle Wake Me Up When September Ends de Green day. attention, ce refrain lasse après 4 écoutes, soyez prévenu.

Back to the start continue dans une mélange ska/pop-rock efficace qui rapppelle une fois de plus le début des années 80 en Angleterre avec Police et The Clash.

Et après ? Après plus rien !
Le reste est plus anodin, moins intéressant... et ne vaut probablement pas le détail.
Le nombre de titres catchy - aidé par le batage médiatique outre-Manche- est largement suffisant pour expliquer le succès du groupe en Angleterre.
Cependant, bien que cette album pioche dans la pop anglaise des 40 dernières années, il n’en devient certainement pas un indispensable, pour nous continentaux. Trop de maniérisme, d’envie de trop bien faire, rendent le tout beaucoup trop propre, trop lisse, avec trop peu de spontanéité.

Alors continuez plutôt à écouter les singles à la radio tant qu’il vous plaisent, car essayer d’en connaître plus sur Razorlight ne risquerait que de vous décevoir.

Article Ecrit par Fred

P.-S.

Au fait, voici ce qu’en pense le magazine anglais Q :
"There are many things to cherish about this record... its length, sound, simplicity, sheer brass balls and its songs... And if making the best guitar album since "Definitely Maybe" is what’s required, then job done. 5/5",
hihihi

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)