Accueil > Musique > 2006 > Grizzly Bear : Yellow House

Grizzly Bear : Yellow House

mardi 3 octobre 2006, par Marc

Un folk psychédélique complexe et aérien.


L’introduction à Grizzly Bear aurait dû se faire via un concert. Ma distraction m’obligera à m’y frotter de façon purement auditive. Ce n’est pas un mal finalement, vu que comme nous allons le voir cet univers ne se dévoile pas d’une seule fois.

C’est une tendance lourde et récente : le folk revient en se diversifiant. Même si la singularité de certains groupes empêche toute étiquette d’adhérer véritablement, on ajoute avec un peu de papier collant un adjectif adéquat pour pouvoir faire tenir le tout. Ainsi donc c’est du mot psychédélique dont je me servirai cette fois-ci. On ne va pas jouer au jeu de la plus jolie définition pour justifier ces deux termes tant ce que propose Grizzly Bear est déroutant. Prenant le sillage des leaders du genre que sont Animal Collective (ou Broken Social Scene ?), Grizzly Bear propose des chansons dans une veine plutôt acoustique (ce qui est folk) mais une structure de composition moins rigide et plus touffue, avec de nombreux instruments (cuivres, un peu de cordes) mais dont aucun ne prétend assumer seul la ligne mélodique. On en peut donc pas directement établir une filiation avec le précurseur du genre qu’est le récemment disparu Syd Barrett mais les passages les plus doux-dingues peuvent s’en rapprocher.

Pas de morceaux de bravoure pour usage de psychotropes ici, seulement une superposition de couches sonores qui contribuent ensemble à former un ensemble, certes dense, mais ne cédant rien à la musicalité. Les arpèges de guitare sont souvent simples par exemple et il n’y a rien ici qui puisse se rapprocher même de loin à un solo ou à un moment technique. A des années-lumière d’un Mars Volta par exemple dans la grande famille des musiques complexes.

Il ne faut pas essayer de suivre cette musique à la trace, plutôt se laisser emporter par ces mélodies imprévisibles ces arrangements foisonnants. Evidemment, la première écoute donne une impression de décousu, de déstructuré. Les voix dédoublées, détriplées viennent renforcer cette impression. C’est qu’il ne faut pas chercher à trouver ce qui n’y est pas, c’est-à-dire de la musique sifflable sous la douche. Néanmoins, il y a des moments de grâce (Knife), où l’union d’éléments hétéroclites peut aboutir à une véritable cohérence.

Si cette musique peut se révéler agréable/chouette/intéressante (biffez selon vos goûts) à écouter, elle demeure rétive à tout classement et explication. J’aurais pu trouver une explication plus convaincante à mon manque de clarté, je vous l’accorde.

Donc, si vous avez aimé Animal Collective par exemple, cet ours peut se révéler délectable. Un certain degré d’abandon est cependant requis pour pouvoir pleinement en profiter. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)