Accueil > Musique > 2006 > Sibylle Baier : Colour Green

Sibylle Baier : Colour Green

vendredi 6 octobre 2006, par Marc

Les trésors cachés existent


La musique aussi charrie ses belles histoires. La genèse de cet album en est une. Nous y reviendrons. Concentrons-nous d’abord sur la musique. Celle de l’Allemande Sibylle Baier est d’une simplicité désarmante puisque à part quelques cordes sur le morceau de clôture Give Me A Smile on ne trouve qu’une guitare et une voix. A cet égard, on peut remarquer la remarquable variété de la musique qu’on peut produire avec des moyens aussi restreints sur papier. Dans ce cas-ci, la voix est belle et pure et mise en avant par rapport à sa délicate et discrète orchestration. Même si les femmes chantant des titres folk reviennent sur le devant de la scène (Marissa Nadler, Jana Hunter, Kelly De Martino, Catpower...), la première référence qui me vient en tête estLeonard Cohen. Même si la voix en est évidemment à mille lieues, la ressemblance avec les compositions du génial Canadien à la charnière des années ’60 et ’70 est troublante (I Lost Something In The Hills). C’est un peu comme si elle tentait et réussissait parfois à créer la magie de titres comme Famous Blue Raincoat.

Si vous vous frottez à cet album sans introduction, vous serez peut-être surpris par la vétusté de l’enregistrement, par les petites fautes techniques qui parsèment cet album. Il est temps de révéler le plus étonnant : ces titres ont été enregistrés entre 1970 et 1973. En effet, Sibylle Baier, jeune Allemande un peu hippie sur les bords à ce que j’ai compris, n’a en effet jamais eu pour ambition de chanter pour plus que sa famille et ses amis. C’est son fils, ayant transposé sur Cd les anciennes bandes maison pour en faire cadeau à sa mère, qui a trouvé qu’il serait dommage de confiner plus longtemps ces chansons si attachantes.

Mais l’intérêt dépasse largement celui des archives. Il y a en effet, parmi plusieurs titres au minimum dignes d’intérêt et souvent fort bons, deux authentiques diamants bruts. Il s’agit de Tonight et The End. Il plane sur ces deux titres une grâce rare. Elles sont de la race de celles qu’on n’oublie pas, la m »lodie, l’interprétation et l’impeccable effacement de la guitare qui sert juste de présentoir à la voix qui apparaît comme plus étendue dans ses possibilités que de prime abord. The End, particulièrement, montre l’étendue et la délicatesse de cette femme. C’est que ces chansons sont dégagées de toute contingence commerciale vu qu’elles n’étaient même pas destinées à être diffusées. On est face à de la pureté brute. C’est peut-être aussi ce qui touche tant, en sus du talent véritable

Une question qui se pose aussi est l’attachement d’une musique à son époque. Sorti en 2006, cet album n’est absolument pas incongru, pas plus qu’il n’aurait déparé les rayons des disquaires entre, disons, Songs From A Room de Leonard Cohen, Pink Moon de Nick Drake et un Joan Baez. Intemporel est une épithète galvaudée mais son emploi est ici nécessaire.

Fouillez vos greniers, épluchez toutes les bandes qui vous tomberont sous la main. Qui sait, peut-être mettrez-vous la main sur un trésor de ce calibre. Il n’est jamais trop tard pour devenir un classique. (M.)

Article Ecrit par Marc

P.-S.

Si vous voulez vérifier de vos oreilles la raison de mon emballement, il existe sur le site des Inrockuptibles (http://www.lesinrocks.com/) un mp3 de The End. C’est légal, gratuit et superbe. Elle est pas belle, la vie ?

Répondre à cet article

3 Messages

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)