Accueil > Musique > Concerts > Goose @ Dirty Dancing - 22/10/2006

Goose @ Dirty Dancing - 22/10/2006

lundi 23 octobre 2006, par Seb


La salle est pleine. Le DJ arrête de distiller une musique éléctro plutôt calme et Goose fait son entrée. Pas de fioritures, le groupe entame directement avec Black Gloves et donne le ton. C’est de l’electroclash/rock pur et dur, sans concession. Les mélodies tiennent sur trois accords basiques mais efficaces. Le batteur est déchaîné mais ne propose que rythmes carrés sans grande finesse tout droit sortis d’une boite à rythmes Les montées au cutoff s’enchaînent, pas une seconde de répit. Les styles des morceaux se tiennent dans un mouchoir de poche et les arrangements se ressemblent. Tout a un goût de déjà vu et rappelle Soulwax Nite version mais en moins varié. Par moment, les couplets se font plus darks et sont emprein d’une touche Front 242. Néanmoins la présence scénique est excellente et la performance est réalisée par de vrais musiciens. L’audience apprécie mais rien de réellement neuf sous les spotlights. Bref, un bon petit (à peine 40 minutes) divertissement.

Ce jeune groupe Courtraisien dégage une énergie indéniable, fait bouger la foule mais arrive peut-être un peu tard dans la vague electroclash qui est sur le déclin.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

1 Message

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka Csiszér est douce, pas trop éloignée de celle de Laetitia Sadier et excelle dans ce registre (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)