Accueil > Musique > 2006 > Jet - Shine on

Jet - Shine on

vendredi 24 novembre 2006, par Fred

Deuxième essai pas vraiment transformé.


N’ayant pas eu le temps de récuperer le première album de Jet, j’aborderai donc cette critique sans référence sur le travail antérieure de ces australiens.
Que dire, sauf que cette album nous renvoi directement 30 ans en arrière.
Une bonne partie de l’abum joue en effet la note du hard rock pur souche, bien gras, pur jus de guitare.
Du bon vieux rock, tirant même les références jusque’aux Beatles (période Get Back, si vous coyez ce que je veux dire) (Holidays)
On pensera également fréquemment à AC/DC (Stand Up , Rip it Up), que ce soit pour le construction du morceau, le jeu de guitare ou la voix, rappelant fortement feu Bon Scott.

Les références tirent même parfois vers le glam ou le rock psyché, et font encore penser à certaines compo des quatres de Liverpool, ou encore pour citer une référence plus récente, à Kula shaker

C’est fort jouissif quoique décalé par rapport à ce qui se fait à l’heure actuelle.
_Voià donc pour la partie rythmée.

Bring it on, Eleanor et Kings horses par contre montrent une autre face de la musique de Jet, un côté balade pop-rock proche de certaines compo des beatles (McCartney ?). Types de compos ensuite reprises avec plus ou moins de succes par Oasis ou un certain Robbie Williams...

Au final, cet album est un sans faute d’un bout à l’autre au niveau de l’interpretation et de la production.
On regrettera seulement, des compositions inégales et un manque de ligne conductrice. On a parfois l’impression d’écouter un best-of (un best-of de Beatles ? le rouge, le bleu ?) plutôt que la dernière galette d’un artiste de 2006... Et comme dans tout bestof, on n’aime pas toujours tout !

J’avoue donc personnellement avoir préféré tout ce qui ne sentait pas la guimauve, les radios nous servant déjà à profusion des clones des Beatles (Oasis, Razrolight, Snowpatrol, etc) venus de la perfide Albion.

Verdict : recommandable mais mais sans urgence.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

1 Message

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)