Accueil > Musique > Concerts > Band Of Horses, The Showbox, Seattle, 05/11/2006

Band Of Horses, The Showbox, Seattle, 05/11/2006

jeudi 9 novembre 2006, par Marc

Les chevaux galopent


Comme vous le savez ou pas, je me trouve pour le moment à Seattle par un heureux hasard de la vie professionnelle. Pour ceux que des détails plus biographiques intéressent, j’écris un blog. Je vous le conseille non seulement parce que c’est remarquablement écrit (heu...) mais parce qu’il y a plus de photos.

Mon premier concert de ce côté-ci de l’Atlantique sera Band Of Horses au Show Box. Première constatation, la salle est engageante. Le public plus jeune est cantonne dans une sorte de fosse pour que les vrais, les durs, ceux qui ont 21 ans et ont accès au bar puissent regarder les concerts de loin en sirotant des boissons fermentées.

Première partie. Ca part très fort. Simon Dawes est un chanteur puissant et subtil. Les compos ne sont pas renversantes d’originalité mais tenant la route, c’est du bon. Un genre d’emo-rock a l’américaine, c’est-à-dire joue a fond les manettes. Apres avoir vu des ouvertures de concerts parfois approximatives récemment, je prends vraiment du plaisir.

Lassé d’être un peu loin alors que la densité des gens me permettrait d’être plus près, je plonge dans l’arène. Manque de bol, la seconde première partie, Juanita Family, propose une country fadasse qui me plombe d’entrée. Erreur de casting manifeste, ce groupe de gentils de Portland, Oregon, est un peu une caricature qui chante. Leur simplicité et une certaine subtilité dans l’interprétation ne les sauveront pas.

Le temps de réprimer un bâillement, s’avance la… troisième première partie. Eh oui, pas question de s’embêter. On s’embêtera d’autant moins que Chad Van Gaalen est un Canadien est vraiment divertissant. Une grosse caisse pour le pied droit, une caisse claire pour le pied gauche, deux mains pour la guitare et une bouche pour les deux harmonicas et la voix, le bonhomme a une bonne coordination. Comme les morceaux sont chouettes comme tout et que les interventions a priori à contretemps font bien marrer le public, le sourire revient.

Le plat de résistance arrive enfin. Groupe de Seattle, Band Of Horses joue à domicile (plus pour longtemps, ils déménagent bientôt en Caroline du sud - question météo, on ne leur jettera pas la pierre en tous cas) et ceci est leur dernier concert de la tournée américaine. De l’autre côté de l’Atlantique, Band Of Horses est encore peu connu. Je ne pense pas qu’on soit nombreux à mettre ça dans nos i-pod en tous cas. Ici, leur public est plutôt jeune et enthousiaste. Quoi qu’il en soit, leur premier album m’avait bien plu. Le verdict de la scène sera-t-il le même ? Plutôt oui en fait, parce que les titres emblématiques en studio profitent d’une belle puissance sur scène. Funeral ou The Great Salt Lake font tout de même partie de ce qui s’est fait de mieux en 2006. Les musiciens sont en tous cas impeccablement en place, avec une mention spéciale pour le guitariste (qui est le même que celui du groupe d’ouverture). Ils sont bien rôdés, en place. Le chanteur est fort à l’aise avec le public et amuse la galerie. Il faut en tous cas être culotté pour lâcher « Ceci est notre fausse dernière chanson, après on s’en va cinq minutes et vous nous rappelez en triomphe ». La voix tapie sous des tonnes de réverb’ reste sacrément typique, même si elle évoque obligatoirement My Morning Jacket et donne un réel relief à ces morceaux qui prennent automatiquement de l’ampleur.

Band Of Horses, s’il n’est pas - encore ? - un inépuisable réservoir de frissons, est un groupe plus que digne d’intérêt et dont la musique d’accès facile mais intense est promise à une diffusion plus large. On parie ?

Article Ecrit par Marc

info portfolio

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)