Accueil > Musique > 2006 > The Decemberists : The Crane Wife

The Decemberists : The Crane Wife

lundi 13 novembre 2006, par Marc

Bon de bout en bout


Cette année a été riche en bons groupes américains. Peut-être est-ce juste une attention plus soutenue qui m’a permis de dénicher des perles de l’autre côté de l’Atlantique mais il semble que le puits soit sans fond. Voyez par vous-mêmes la liste des indispensables de l’année pour vous en convaincre. Suivant les conseils des disquaires, je me suis procuré The Crane Wife.

Dans quelle catégorie ranger The Decemberists (on n’est pas obligés) ? Dans celle, large et pourtant particulière du songwriting d’exception. On peut trouver dans ce tiroir des auteurs comme Sufjan Stevens ou Andrew Bird. Ca vole assez haut en somme. Le symptôme principal de l’appartenance à cette catégorie est qu’il y a au moins une bonne idée par chanson. Que ce soit au niveau des mélodies toutes de très heute tenue, de l’orchestration ou des trouvailles dans les paroles. On ne fait pas de bon album sans faire de bonnes chansons. Cette notion, si elle a la banalité d’une lapalissade, prend ici tout son sens. Car rien n’est à jeter sur The Crane Wife. Ils peuvent en effet beaucoup, du morceau enlevé presque pop (O Valencia, The Perfect Crime #2) à des moments très intimistes (You’ll Not Feel The Drowning, Shankills Butchers), de la tension électrique (When The War Came) à la balade gentille mais pas neuneu (Yankee Bayonet), du crescendo prenant (The Crane Wife pt.1) à la conclusion unanimiste (Sons And Daughters).

On note par ailleurs une écriture parfois teintée seventies (la troisième partie de The Island). C’est de surcroit un album conceptuel, puisque l’histoire qu’il raconte est celle d’un conte japonais. Les morceaux s’enchainent donc suivant une progression narrative. Il en a aussi le tic énervant de concaténer plusieurs morceaux différents en un long. Les séparer n’aurait en rien nui à la cohérence de l’ensemble, pourquoi les assembler parfois par deux ou quatre ? D’autant plus que le reste de l’album est de format plus logique ? La coquetterie a décidément ses mystères.

Trop complexe et catchy pour être du folk, trop séduisante pour être du progressif, trop travaillée pour être du rock, trop accessible pour être de l’alternatif, trop subtile pour passer dans des oreilles distraites à la radio, la musique de The Decemberists, est à beaucoup d’égards emballante. C’est ce qui montre le mieux le talent de Colin Meloy, le compositeur derrière tout ça. S’il ne vous mettra pas au bord de vous même (vous pouvez vraiment l’écouter n’importe quand et pratiquement avec n’importe qui), cet album comporte une quantité tellement négligeable de déchet et s’impose comme compagnon de route avec tellement de naturel. Et si c’était cet album constant dans la qualité qu’on attend depuis de si longs mois ? Il semble qu’ici (pour les distraits, je suis à Seattle pour le moment) on doive faire de The Crane Wife un concurrent sérieux pour le titre d’album de l’année. Même si ce genre de concours m’amuse beaucoup, je me méfie des albums ’obligatoires’. Mais plein d’écoutes ne laissent pas de doute ; on tient ici un pur moment de musique. Allez, les Decemberists, on rejoint ses petits amis sur la liste des grands albums du moment. Et plus vite que ça...

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)