Accueil > Musique > 2006 > Jeanne Cherhal : L’eau

Jeanne Cherhal : L’eau

mercredi 22 novembre 2006, par Marc

Elle a tout d’une grande


Ce ne sont pas nécessairement les albums qui suscitent des sentiments mitigés qui sont les plus difficiles à chroniquer. On peut très bien adhérer facilement, écouter des dizaines de fois un album avant de se jeter à l’eau. Faute de mieux, c’est donc par cette allusion pas bien subtile que je vais aborder la dernière réalisation de ce qui reste une de mes chanteuses françaises favorites.

La progression de la carrière de Jeanne Cherhal est exemplaire. Tout d’abord, un live brut, enregistré chez elle, à Nantes, pour s’assurer qu’elle peut tenir une scène toute seule, avec juste sa voix et son piano. Les performances vocales la cantonnent à ce moment-là dans le registre des chanteuses gouailleuses, avec à la clé des réussites certaines (le vibrant Avec Des Si qui a été un hymne pour moi pendant bien longtemps). Puis, un premier album studio en 2004 pour apporter ce qu’il manquait, des chansons mieux charpentées et plus écrites, ainsi que de la musique plus variée. Ensuite, l’exercice obligatoire du DVD live, cette fois avec des orchestrations fines mais discrètes. On signalera par ailleurs qu’elle est signée sur le label tôt ou tard, ce qui lui a valu de souvent collaborer avec les autres membres (Jacques Higelin, Vincent Delerm ou encore Bastien Lallement). Ce nouvel album aquatique va maintenant nous permettre de voir ce que donnent en chansons les qualités de Jeanne. Le second album studio vient donc renforcer l’évolution. Je suis de plus content d’avoir une occasion de parler d’elle alors que Douze Fois Par An a été rattrapé trop tard pour faire l’objet d’une critique. Il est cependant resté haut dans les rotations de mon ipod.

Quand on prête une première oreille à cet album, on est tout d’abord soulagés de voir que la qualité est encore là, mais un peu perturbés par le côté étrange de certaines compositions. En effet, les titres plus rentre-dedans ont plus de mal à s’imposer. Liquide ou La Peau Sur Les Os sont quand même assez originaux dans le genre de variété déviante. On pourrait en dire autant de Voilà, titre qui lui aussi nécessite quelques écoutes avant de se révéler. Ce n’est pas expérimental, ce n’est pas ardu ou désagréable, c’est juste qu’on manque de repères.

Mais Jeanne Cherhal c’est surtout une voix. Qui peut être diablement sensuelle cette fois encore (Tu M’attires donne irrémédiablement envie de se blottir contre une personne du sexe correspondant à ses aspirations), plus forte quand les circonstances l’exigent (jetez une oreille su le premier album live qui porte son nom).

L’écriture aussi s’est affirmée, lui permettant d’aborder avec énormément de sensibilité et de tact des thèmes aussi casse-gueule que l’excision (On Dirait Que C’est Normal) ou le voile (Le Tissu qui est une des chansons les plus réussies). Le ton général est d’ailleurs un rien plus sombre, ne laissant paraître que sur La Tonne le ton plus java qu’elle a par le passé plus souvent pratiqué. De Mes Rondes Larmes à Voilà, c’est une vision d’elle-même sans complaisance qu’elle nous offre. On est parfois bien loin de l’humour léger de Quand On Est Très Amoureux. Mais ce n’est jamais plombant, elle a trop de recul narquois pour ça. On ne reste pas cantonné dans le registre « Chanson-française-de-qualité-avec-des-textes-que-tu-dois-les-respecter ». Tout ne m’a certes pas plu, il y a encore des scories sans doute, mais la personnalité s’affirme indéniablement. Elle n’a de toute façon pas de point de comparaison objectif dans la chanson.

Pour ses talents d’interprétation vocale et instrumentale, pour son écriture qui se resserre et prend de l’ampleur en même temps, pour la fraîcheur jamais niaise et la sensibilité impeccablement mise en œuvre, pour le talent tout simplement, on peut dire que Jeanne Cherhal est une des meilleures choses qui soient arrivées à la chanson française récemment. Plongez donc dans son eau trouble et rafraîchissante à la fois.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)