Accueil > Musique > 2006 > Googooblown (le bonhomme) - Devilish fantaZiah

Googooblown (le bonhomme) - Devilish fantaZiah

lundi 19 février 2007, par Fred

Chronique de l’étrange.


La recherches de nouveautés est pour nous un véritable sacerdoce et c’est toujours nous faire plasir que de nous présenter un nouveau groupe. Quand à cette présentation se joint l’envoi d’un CD et d’un dossier de presse, on se sent encore plus curieux de se pencher sur ce cas (même si on tarde un peu à rendre sa copie...).

Pour une fois, nous allons vous parler de rock français. Pour une fois, chose encore plus rare, les références de ces français ne seront pas à aller chercher du côté des Noir Désir ou de Louise Attaque.

Car Goo Goo Blown est un peu le fils caché du rock français, celui qui est un peu dérangé, un peu étrange. Dérangé est la musique, étranges sont les paroles, à la fois quand elles sont en français ou en anglais.

Les violons, violoncelles et xylophones aident d’ailleurs à créer des ambiances :
- tantôt obsédantes (Subaquachaotik Warriors),
- tantôt oppressantes (I’ve Got My Own Private Killing Company For Assisted Suicides, titre ouvrant l’album de très belle manière et qui renoue avec la tradition très anglosaxon des titres rigolos à ralonge),
- tantôt lyriques comme sur Les Anges Sont De Fausses Blondes qu’il ne faudrait surtout pas juger sur sa première minute au risque de râter le bel ouvrage qui suit.
Un vrai bonheur donc de retrouver des cordes au service de rock alternatif dans une production tout simplement royale.

Fantaisie Démonacale illustre bien l’album, avec une entrée en matière gentille et mélodieuse en français, qui glisse vers des cordes lourdes et des voix plus menaçantes (je suis un pervers/ je suis un pervers.) avant de faire place à un refrain chanté en anglais toujours sur une section de corde torturée. La place de ces cordes et l’atmosphère qu’elles apportent rappelle ici les premier albums de dEUS, sur Roses ou Via par exemple.

Les influences sont donc clairement à chercher dans le rock alternatif, symphonique ou déjanté/déstructuré, ou alors dans la pop-rock anglosaxone psychanalytique de Placebo.

Daisy Soup & Pork Beast (To Nuzzle In Dunwich) sonne d’ailleurs exactement comme ce qu’on attendrait d’un ’bon’ Placebo. Un rock carré, habité, qui dérape et part en sucette après près de 2 minutes, pour un écartade happy-pop, avant le retour de la machine de guerre. Car Goo Goo Blown, pratique également avec brio la chanson à tiroir à la manière des dEUS ou des Radiohead.

Le panel vocal est également intéressant et fort bien employé. On devra cependant endurer quelques passages à l’octave un peu génants lors de certains moment plus calmes ou plus contemplatifs (Bal(L)Ade Nocturne)

Evidemment, une ou deux plages de cette album ont tendance à subir la sentence du ’skip’, mais au final, un premier album de cette qualité ne peut être que salué.
Tout ceci n’augure que du bon pour le Live, on tentera de vérifier ça si l’occasion se présente.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)