Accueil > Musique > 2006 > Tv On The Radio : Return To Cookie Mountain

Tv On The Radio : Return To Cookie Mountain

vendredi 29 décembre 2006, par Marc

Eloge de la modernité


Pourquoi revenir à Tv On The Radio alors que leur précédent ne m’a avait pas exactement retourné ? Parce qu’il ne faut pas nécessairement rester sur un échec et ce que j’avais eu l’occasion d’entendre étaient d’un tout autre niveau. Qu’est-ce qui a bien pu me rendre cet album attirant dès lors ? C’est ce que je vais tenter d’expliquer.

Un des domaines dans lesquels Tv On The Radio excelle, c’est bien le son. Très dense, il est à la fois ce qui attire et déconcerte. Déconcerte parce qu’en cherchant bien, il y a peu de styles musicaux qui ne sont pas représentés. Mais plutôt que les juxtaposer en jouer les montagnes russes, comme Malajube par exemple, ils en empruntent quelques éléments et jouent sur les textures. Pas de couplet-refrain en vue. Dans un morceau comme Playhouses, il y a des guitares années ’90, un rythme presque breakbeat, et une guitare qu’on ne remarque que quand les autres instruments se calment. Même quand il y a peu de choses dans le morceau (A Method), on reste très cohérent avec le foisonnement du reste de l’album. Un morceau s’approche parfois d’un style défini, mais n’y rentre jamais vraiment. A leur échelle, Whirlwind peut même passer pour une ballade. Ils peuvent mêler des rythmes tribaux et une guitare extra-froide tout en agrémentant le début et la fin de claps très Cure première époque (Let The Devil). Ils font leur shopping à travers les époques en n’inscrivant sur leur liste que ce qui pourra servir le morceau.

La présence de David Bowie sur Provinces ne relève pas de l’anecdote. S’il a depuis longtemps prouvé un goût certain en matière de nouveaux groupes (Placebo, Clap You Hands Say Yeah, Arcade Fire, Indochine - celui-là c’est pour rire...), la filiation est ici évidente. Sa voix se fond d’ailleurs parfaitement à l’ensemble. Dans sa longue carrière, lui aussi a pu transcender certains styles. Tente ans après sa trilogie berlinoise, voici un écho du côté de New-York. Tant que j’en suis à la citation, on des albums les plus proches est le premier de Tricky, Maxinquaye, pour le groove sombre.

C’est quand même de la musique pour esthètes, pour ceux qui sont prêts à enlever les couches une par une, pour tirer le meilleur de ces chansons. Si la première écoute est gratifiante, il faut quand même une certaine attention pour en tirer la quintessence. Sans compter que ce n’est pas exactement fredonnable. C’est pourquoi je parlerai d’un certain élitisme. C’est au demeurant le seul reproche objectif, qui n’en est pas un en soi : cet album est juste intrigant à la première écoute. Il devient intéressant à la troisième et addictif à la dixième.

Tv On The Radio
produit de la musique de son temps, qui ne s’embarrasse s’absolument aucun passéisme ou nostalgie. C’est la musique d’un groupe décidé à explorer des champs nouveaux et à faire de la sculpture sur son. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls. On peut établir un parallèle entre ce désir de faire subir les derniers outrages au rock comme Animal Collective et Grizzly Bear l’infligent au folk ou Snowden à la new-wave. Comme chez ces groupes, Tv On The Radio procède par superposition, apparaît comme froid au premier abord avant de révéler son intensité et son humanité après des écoutes où les couches se dissocient les unes des autres. Il y a en sus une réelle puissance. Wolf Like Me restera comme un des meilleurs morceaux récents. Il faut enfin dire que l’interprétation et la production soient à la hauteur. Un peu d’approximation et le tout vire au chaos sonore, et quitte les rayons du rock pour ceux de l’expérimental supportable un jour de fort bonne humeur.

Voilà, ma a-list de cette année est complète maintenant. Je ne pouvais pas manquer cette musique qui fait la synthèse de tellement de choses qu’elle en devient inclassable. Avec en sus une puissance et des compositions hypnotiques qui créent d’authentiques bons morceaux. Il n’y a pas que des groupes passéistes de nos jours, et ce rock certes parfois cérébral est là pour prouver que la modernité peut encore s’incarner.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Rodolphe Coster and Band – High With The People

    On va être tout à fait honnêtes, on n’avait jamais entendu parler du Bruxellois Rodolphe Coster malgré un parcours visiblement déjà fourni, avec un gros pied dans la musique de danse contemporaine. Mais ce n’est pas le plus important, on a copieusement apprécié cet album immédiatement familier.
    New York est ici un endroit d’enregistrement ici mais aussi un style, avec une forte dose de post-punk poisseux, celui qui sert de base à des formations du coin comme The Rapture ou LCD Soundsystem. Listons (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)