Accueil > Musique > 2006 > CSS : Cansei De Ser Sexy

CSS : Cansei De Ser Sexy

mercredi 27 décembre 2006, par Marc

Deux Singles au-dessus du lot


Pour le webmaster moyen, Css évoque inmanquablement autre chose qu’un groupe de rock. Pourtant, des Brésiliens sont en train de donner un peu de glamour à ces initiales. Cansei De Ser Sexy (littéralement quelque chose comme ’Marre d’être sexy’) est composé de cinq filles et un garçon et a bénéficié d’une hype un rien surestimée. Il y avait d’ailleurs tous les ingrédients pour ça : un casting frais, des paroles arty-trashy-rigolotes et un single irrésistible. Mais ça ne suffit pas à faire un album inoubliable.

Let’s Make Love And Listen To Death From Above est la narration d’une promesse de rendez-vous hot. Musique disco festive et festivale au groove pas exactement latino mais vraiment terrible, c’était condamné au tube et c’est une des réussites de l’année. Le second single a aussi un titre kilométrique (Fuck Off Is Not The Only Thing You Have To Show) mais est plus teinté de mélancolie et de synthés années ’80. C’est également tout bon. Et à part ça ? On navigue sans danger dans les eaux d’un disco-punk balisé. Certes énergique, cette musique manque cruellement d’audace dans sa ralisation et son écriture. Les paroles restent elles parfaitement à la hauteur. De l’ironie vis-à-vis d’une certaine forme d’art moderne (Art Bitch) à d’une manière plus générale la fête et le sexe. Le tout traîté d’une façon effrontée qui ne manque pas de charme. Mais d’un point de vue musical, on est fort loin de la réussite de Love Is All, pour prendre un exemple récent d’un style proche.

L’introduction (CSS Sucks) promettait pourtant beaucoup, ayant presque la valeur d’un manifeste, tout en basses rondes et en guitares qui ne se perdent pas encore dans de vagues clichés punk. Je préfère d’ailleurs leurs moments plus dansants (Musik Is My Hot Sex) à leurs aproximations guitaristiques. Mais le tout est emballé d’une belle énergie, avec une telle envie d’en découdre qu’on ne déplore à aucun moment du cynisme. Cette franchise rend d’ailleurs les moments dansants d’autant plus accrocheurs.

Peut être que le seul problème vient du fait que la qualité des singles rend par contraste un peu faible le reste qui ne démérite pas. Précisons aussi que c’est un premier album, et à ce point de vue le potentiel est bien là. Autant ne pas le cacher, cet album m’a un peu déçu. Il comporte de véritable haut faits mais n’arrive pas à se hisser à cette hauteur sur la longueur.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Marie Davidson - Working Class Woman

    Vous avez peut-être déjà entendu parler de Marie Davidson en tant que moitié du duo darkwave Essaie Pas qui nous plait beaucoup ici. Ceci est son premier album sur Ninja Tune, son quatrième en tout et s’il pourra plaire sans souci aux amateurs de la formation de base, il a suffisamment de spécificité pour s’imposer de lui-même.
    Comme pour Essaie Pas, on est un peu dans la queue de comète electroclash. Avec un accent anglais crédible (et québécois en français, forcément) et qui claque avec une belle (...)

  • DJ Shadow - The Less You Know, the Better

    Au plus que, au mieux que
    « Here we are now at the middle. More and more, I have the feeling that we are getting nowhere. Slowly, we are getting nowhere... and that is a pleasure. » Voilà par quel soliloque DJ Shadow scinde les deux faces de son nouvel album, entre une première moitié relativement déroutante et une seconde nettement plus familière. Décidément insaisissable, Josh Davis n’a jamais commis qu’une véritable faute : celle d’avoir commencé par la fin. “Endtroducing”, ou comment générer (...)

  • Rafale - Obsessions

    Melting-pot daté
    C’est rarement le cas, mais le producteur de ce premier album des Français de Rafale m’est mieux connu que les deux autres protagonistes Julien Henry et Marc Aumont. Arnaud Rebotini est en effet connu aussi bien pour son travail avec Black Strobe que pour ses œuvres solo ; j’avoue être plus familier du groupe, pas toujours d’une subtilité folle, mais qui reste amusant sur scène, où son côté Motöthead electro est à même d’assurer le spectacle. On ne sera donc pas surpris de retrouver (...)

  • Agoria - Impermanence

    La permanence dans le changement
    Sacré Agoria. Capable de tracer des ponts imaginaires entre électro pointue et bidouillage bon enfant (“Blossom”). De convier sur un même album, il y a cinq ans, Princess Superstar et Peter Murphy (“The Green Armchair”). D’enrober un navet avec une bande originale anxiogène et des intentions ambiguës – relever le niveau ou tirer sur l’ambulance (“Go Fast”) ? Bref, un champion du contre-pied, un fervent pratiquant de l’inconstance. Sa philosophie manifeste, à ce stade (...)