Accueil > Critiques > 2007

 !!! : Myth Takes

mardi 6 mars 2007, par Marc

Le grand méchant groove


Au moment d’écrire une critique du premier album de !!! (Prononcez tchick tchick tchick, snobisme gratuit), je n’imaginais pas que j’aurais à refaire ça. En effet, en dépit de moments très réussis, il manquait de morceau complet marquant, défaut plutôt rédhibitoire pour un album orienté dancefloor. L’attitude m’avait d’ailleurs plus intrigué que les titres eux-mêmes. Pourquoi est-ce que je vous en parle dès lors ? Par sens du devoir ? Pour pouvoir me plaindre ? Non, rien de tout cela. Tout simplement parce que cet album est bien meilleur.

Il comporte notamment une triplette de morceaux, du second au quatrième, qui vaut vraiment le déplacement. All My Heroes Are Weirdos et Must Be The Moon ont une tension de sarabande irrésistible qui emporte tout sur leur passage. Pied au plancher, elles sont de la catégorie des grosses useuses de semelles.. C’est ce qui les caractérise est l’incorporation d’un feeling funk vintage dans un son typiquement actuel. Mélange réussi A New Name est un peu à la traîne dans l’ensemble, plus marqué par les sons du premier album (basse synthétique comme guitare) mais présente un authentique riff qu’appuie une montée pour le rendre vraiment irrésistible l’espace de quelques secondes. Le reste du morceau ne servant qu’à créer la tension.

Le reste des morceaux ne se hisse peut-être pas à ces standards par la faute de baisses de tension qui déforçaient déjà le premier album mais sont de bonne tenue et comportent tous des moments qui empêchent la banalité. Bend Over Beethoven, par exemple, souffre juste un peu de sa longueur mais est vraiment délectable. L’album en devient donc écoutable d’une traite. Ils essaient même de faire de vraies chansons qui résisteraient à un autre traitement comme Sweet Life. Mission accomplie si on veut mais ce n’est pas là-dedans qu’ils sont les meilleurs.

On en vient à songer qu’en plus de gimmicks reconnaissables (le son de guitare particulier, le double chant caractéristique), !!! a réussi à créer un style propre qui se révèle utile. En s’éloignant de LCD Sounsystem et de tous ses groupes satellites, ils créent peut-être sans le savoir, le genre de groove de ce début de XXIème siècle. En détachant l’étiquette commode d’electro-disco-punk, ils se créent un mélange nouveau. Honnêtement, je n’aurais pas parié là-dessus à l’époque de Louden-up Now.

Dans cette année qui entre tout doucement dans sa phase cruciale (Il y a des jours comme ça, où sortent simultanément Arcade Fire, !!! ou Amon Tobin), !!! s’impose comme une des machines à groove de référence. A danser ou à écouter, c’est vous qui choisissez

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)