Accueil > Musique > 2007 > !!! : Myth Takes

 !!! : Myth Takes

mardi 6 mars 2007, par Marc

Le grand méchant groove


Au moment d’écrire une critique du premier album de !!! (Prononcez tchick tchick tchick, snobisme gratuit), je n’imaginais pas que j’aurais à refaire ça. En effet, en dépit de moments très réussis, il manquait de morceau complet marquant, défaut plutôt rédhibitoire pour un album orienté dancefloor. L’attitude m’avait d’ailleurs plus intrigué que les titres eux-mêmes. Pourquoi est-ce que je vous en parle dès lors ? Par sens du devoir ? Pour pouvoir me plaindre ? Non, rien de tout cela. Tout simplement parce que cet album est bien meilleur.

Il comporte notamment une triplette de morceaux, du second au quatrième, qui vaut vraiment le déplacement. All My Heroes Are Weirdos et Must Be The Moon ont une tension de sarabande irrésistible qui emporte tout sur leur passage. Pied au plancher, elles sont de la catégorie des grosses useuses de semelles.. C’est ce qui les caractérise est l’incorporation d’un feeling funk vintage dans un son typiquement actuel. Mélange réussi A New Name est un peu à la traîne dans l’ensemble, plus marqué par les sons du premier album (basse synthétique comme guitare) mais présente un authentique riff qu’appuie une montée pour le rendre vraiment irrésistible l’espace de quelques secondes. Le reste du morceau ne servant qu’à créer la tension.

Le reste des morceaux ne se hisse peut-être pas à ces standards par la faute de baisses de tension qui déforçaient déjà le premier album mais sont de bonne tenue et comportent tous des moments qui empêchent la banalité. Bend Over Beethoven, par exemple, souffre juste un peu de sa longueur mais est vraiment délectable. L’album en devient donc écoutable d’une traite. Ils essaient même de faire de vraies chansons qui résisteraient à un autre traitement comme Sweet Life. Mission accomplie si on veut mais ce n’est pas là-dedans qu’ils sont les meilleurs.

On en vient à songer qu’en plus de gimmicks reconnaissables (le son de guitare particulier, le double chant caractéristique), !!! a réussi à créer un style propre qui se révèle utile. En s’éloignant de LCD Sounsystem et de tous ses groupes satellites, ils créent peut-être sans le savoir, le genre de groove de ce début de XXIème siècle. En détachant l’étiquette commode d’electro-disco-punk, ils se créent un mélange nouveau. Honnêtement, je n’aurais pas parié là-dessus à l’époque de Louden-up Now.

Dans cette année qui entre tout doucement dans sa phase cruciale (Il y a des jours comme ça, où sortent simultanément Arcade Fire, !!! ou Amon Tobin), !!! s’impose comme une des machines à groove de référence. A danser ou à écouter, c’est vous qui choisissez

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)