Accueil > Musique > 2007 > Of Montreal : Hissing Fauna Are You the Destroyer ?

Of Montreal : Hissing Fauna Are You the Destroyer ?

jeudi 25 janvier 2007, par Marc

Choeurs barrés pour coeur brisé


Comme le veut la tradition qui devient lassante à la longue, l’endroit mentionné dans le nom n’a rien à voir avec l’origine du groupe. Pourtant, il n’y aurait rien de scandaleux à imaginer une filiation avec la scène de la ville canadienne. Ce serait même plus crédible que leur origine, Athens (Géorgie), comme REM avec qui ils partagent exactement rien du tout.

Autant vous l’annoncer tout de suite, je n’étais pas familier des albums précédents de Of Montreal. Ceux qui espèrent avoir une idée de leur évolution en seront pour leur frais et j’en suis sincèrement désolé croyez-le bien.

Commençons tout de suite par ce qui m’a vraiment enthousiasmé sur cet album. Il s’agit d’un morceau intitulé The Past Is A Grostesque Animal. Il s’agit d’un titre tendu comme un arc presque 12 minutes durant. On songe à A Forest de The Cure embarqué dans un train fou. Les seuls à pratiquer avec succès ce genre de marathon sont par exemple le LCD Soundsystem de Loosing My Edge auquel on pense pour la placidité du chant. Pas de rupture de rythme, pas de solo délirant, juste une chanson qui serait pleinement satisfaisante sur un format plus restreint mais prend ses aises, devient même épique. Les chouettes gimmicks en hou-hou-hou ajoutent à la frénésie de l’ensemble. C’est un sérieux concurrent au Swans de Island pour le titre du meilleur hors-format. Si j’ai commencé par ce morceau, c’est qu’il se détache de façon franche du reste de l’album. Non pas que le reste soit mauvais, loin de là, mais le genre pratiqué est assez différent.

Le reste joue en effet énormément sur les harmonies vocales. Comme vous le savez peut-être, je ne suis pas exagérément client de ces pratiques. Mais c’est une stricte question personnelle et la qualité intrinsèque de ce Hissing Fauna, Are You The Destroyer ? n’en dépend pas complètemet. Quand on tombe dans des réminiscences Queenesques (Grolandic Edit, ou pire Labyrinthian Pomp), je ne peux pas m’enflammer. Dans le même ordre d’idées, on pense aussi à the Sparks, mais en beaucoup plus barré. Car, fort heureusement, il ne s’agit que d’une des facettes de la musique de Of Montréal. Malgré le thème général (une certaine vision de la rupture, ce qui qui nous vaut des paroles parfois étonnantes comme I want to pay some other girls to come up to her and hit her sur She’s A Rejector), on a de purs moment ensoleillés (A Sentence Of Sorts In Kongsvinger). D’une manière générale, le tout est sauvé par une imagination qui semble inépuisable. Ils excellent notamment dans le funk électronique (Faberge Falls for Shuggie) ou l’électro pop déviante (Bunny Ain’t No Kind of Rider). Mais encore une fois, l’intrusion des Beach Boys dans un exercice qui a plus de points communs avec Cursive ne m’a pas séduit. Quand le mélange est plus léger, je suis preneur (She’s A Rejector) tout de suite.

Donc la principale qualité de cet album : la variété et l’imagination. Puisque c’est assez délirant, tout ne peut pas fonctionner bien évidemment, mais il y a suffisamment de changements pour que tout le monde y trouve son compte. Comme souvent, le plaisir grandira avec les écoutes, quand vous aurez trié selon vos goûts les morceaux de ce riche album.

Je ne conseillerais pas facilement cet album parce que le délire du ton et les harmonies pourront en rebuter. Il n’en reste pas moins recommandable pour tout qui est un tant soit peu curieux et le titre The Past Is A Grotesque Animal est suffisamment puissant pour mettre tout le monde d’accord.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)