Accueil > Musique > 2007 > Menomena : Friend Or Foe

Menomena : Friend Or Foe

mercredi 7 février 2007, par Marc

La curiosité est un chouette défaut


Encore une plongée sans filet dans la musique un peu différente. Un tout petit peu, même, mais cette différence se traduit par un plaisir bien concret. Menomena vient de Portland, comme The Decemberists ou The Shins. Cette ville a décidément une scène musicale plus qu’intéressante. Un peu novice dans la jungle de la musique américaine non formatée, j’ai laissé passer les deux premiers albums de Menomena. Désolé pour l’absence de points de repère.

Le côté multiple, fractionné, de leur musique peut trouver une explication dans leur façon de composer. En effet, ils utilisent un logiciel développé par leurs soins pour assembler les morceaux de titres qu’ils écrivent chacun. Le résultat est dès lors original, puisque les éléments n’ont pas a priori été crées ensemble. Mais reconnaissons que c’est un plus indéniable, puisque le tout n’apparaît jamais comme hétérogène, ni comme un collage ou un mash-up. Ils en profitent du coup pour insérer plus d’idées par morceau (jamais ils ne se limitent à un gimmick). La somme est évidemment plus complexe et moins linéaire qu’une composition collégiale plus classique. C’est n’est en tout cas pas à perdre de vue au moment d’appréhender cette musique.

Il y a quelques grands morceaux, sans quoi ça manquerait de relief. Ma préférence va à My My, pour l’orgue et le contraste entre la douceur de la voix et la rythmique qu’on sent influencée par le Krautrock. Il y a évidemment des breaks à foison, mais le tout ne manque pas de liant. On retrouve les meilleurs moments de Mercury Rev. Cette comparaison traverse d’ailleurs tout l’album, mais est plus marquée sur un morceau comme Wet And Rusting qui est un des hauts faits de l’album. Pas de morceau anodin ou à skipper, c’est à signaler également. Le pôle opposé serait celui d’un Wolf Parade auquel on songe sur le plus violent The Pelican. Les voix peuvent donc occuper plusieurs registres, y compris celui de Damon Albarn (ou The Dears ?) sur Boyscount N. Je m’en voudrais de ne pas signaler que les intrusions de saxophone sont toutes réussies.

Cette façon de faire intransigeante peut sembler un rien trop riche. On ne perd cependant jamais le fil et il n’y a pas de chœurs comme dans Of Montreal. La batterie est toujours originale et variée, ce qui donne plusieurs morceaux en un, et au final l’impression d’avoir écouté plus de chansons différentes qu’il n’y en a effectivement. Mais ce qui de toute façon emporte l’adhésion, c’est la soif d’en découdre, l’énergie créative qu’on sent derrière cet album.

Parfois un peu trop intransigeante pour des oreilles plus habituées à la linéarité de la pop (sensation qui de toute façon s’estompe au fur et à mesure des écoutes), la musique de Menomena est d’une richesse qui n’est pas commune. Si la musique appelée indépendante vous intéresse, vous avez tout à gagner à vous confronter à eux, un des plus enthousiasmants exemples de réussite récente. Mais rassurez-vous, on se retrouve vite comme chez soi dans la musique de Menomena. Si les chemins de traverse de Mercury Rev, Soul Coughing ou autres Wolf Parade vous séduisent, il n’y a pas de raison de ne pas vous pencher sur Friend And Foe.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)