Accueil > Musique > 2007 > Daan - The player

Daan - The player

jeudi 25 janvier 2007, par Fred

Il tourne en boucle depuis quelques semaines....


2004 avait été marqué par de très bons albums, dont Victory de Daan.
Deux années plus tard, il était plus que temps de donner une suite à ce succès, à la fois critique et commercial.

La recette qui avait si bien marché ne change pas et Daan nous propose au long de The Player une série de chansons electro-pop. Pas de retour vers le rock donc pour l’Anversois, ce qui nous convient très bien.

Toutes les plages ont un traitement clairement electro mais à des niveaux différents : celà va des machines à danser sur lesquels on sent déjà nos pieds vouloir bouger (Mirror, Deserter), aux bleuettes electro (OK), en passant par la chansonnette en français (Le vaurien), pour se terminer par deux notes plus sombres et introspectives qui ne sont pas sans rappeler certains Depeche Mode(Mountains fo time, Drama).

On semble parfois friser la pop allemande (Adrenaline, Type-ex) et les mélodies d’Eurovision (Promis-Q : "We have just one dream to reunite") mais Daan arrive heureusement chaque fois à sauver les meubles, soit grâce à des rythmiques inventives, des atmosphères originales ou simplement par son travail sur la voix.

L’écoute de la chansons the Player, et principalement de la partie centrale de celle-ci (de 1:30 à 2:30, avec cette super ligne de trompette), montre d’ailleurs tout le soin et le bon goût apportés à la production .

En parlant de voix, il faut également signaler que les chansons de cette album sont chantées dans 3 langues (si j’ai bien reconnu) : Anglais, Allemand et Français. Le travail sur les intonations est intéressant et ajoute un plus aux compositions.

En conclusion, un album abordable, réjouissant, ludique et dans la lignée Victory. Ne vous laissez surtout pas tromper par le côté kitch de certains morceaux, vous rateriez quelque chose !

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)