Accueil > Musique > 90-2002 > Les Oiseaux De Passage

Les Oiseaux De Passage

dimanche 25 juin 2006, par Marc


Encore un hommage. Les remarques faites sur celui à Léo Ferré restent donc valables. Si cet album lui est supérieur, c’est d’abord parce qu’il peut se reposer sur des chansons qui font véritablement partie du patrimoine francophone. Ensuite parce que les interprètes y sont plus aventureux. Et il y a des moments véritablement magiques, encore par des groupes qui se transcendaient sur le morceau d’un autre, on pense à la poignante Ballade Des Gens Qui Sont Nés Quelque Part par Tarmac ou encore Embrasse-les tous par Bénabar, qui rendent de la vie et de l’actualité à des chansons anciennes.

Car c’est le grand enseignement de cette compilation, si la forme de Brassens peut sembler sommaire à certains, les paroles et les compositions restent d’une qualité que personne n’a su dépasser. Elles résistent à presque tous les traitements. Je dis presque parce que le traitement de Lofofora de Les Passantes n’est pas aussi convaincant, mais c’est sans doute parce que la violence d’une musique est parfois un obstacle à l’intelligibilité du propos. Ajoutons aussi l’attrait de la mise en scène qui gâche La prière de Saez.

Les surprises sont nombreuses et les thèmes abordés semblent avoir été créés pour leurs interprètes occasionnels comme cette Non-demande en mariage pour Miossec.
Si les hauts sont nombreux comme Supplique Pour être Enterré à La Plage De Sète par Magyd et Quatre Vingt Quinze Pour Cent par Weepers Circus en plus de ceux susmentionnés, la moyenne est excellente et je ne voudrais pas les commenter toutes. Une dernière remarque cependant pour Noir désir qui a essayé l’originalité sur Le roi des cons mais ne convainc qu’à moitié.
Encore un excellent album pour découvrir de nouveaux noms. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)