Accueil > Musique > 90-2002 > Les Oiseaux De Passage

Les Oiseaux De Passage

dimanche 25 juin 2006, par Marc


Encore un hommage. Les remarques faites sur celui à Léo Ferré restent donc valables. Si cet album lui est supérieur, c’est d’abord parce qu’il peut se reposer sur des chansons qui font véritablement partie du patrimoine francophone. Ensuite parce que les interprètes y sont plus aventureux. Et il y a des moments véritablement magiques, encore par des groupes qui se transcendaient sur le morceau d’un autre, on pense à la poignante Ballade Des Gens Qui Sont Nés Quelque Part par Tarmac ou encore Embrasse-les tous par Bénabar, qui rendent de la vie et de l’actualité à des chansons anciennes.

Car c’est le grand enseignement de cette compilation, si la forme de Brassens peut sembler sommaire à certains, les paroles et les compositions restent d’une qualité que personne n’a su dépasser. Elles résistent à presque tous les traitements. Je dis presque parce que le traitement de Lofofora de Les Passantes n’est pas aussi convaincant, mais c’est sans doute parce que la violence d’une musique est parfois un obstacle à l’intelligibilité du propos. Ajoutons aussi l’attrait de la mise en scène qui gâche La prière de Saez.

Les surprises sont nombreuses et les thèmes abordés semblent avoir été créés pour leurs interprètes occasionnels comme cette Non-demande en mariage pour Miossec.
Si les hauts sont nombreux comme Supplique Pour être Enterré à La Plage De Sète par Magyd et Quatre Vingt Quinze Pour Cent par Weepers Circus en plus de ceux susmentionnés, la moyenne est excellente et je ne voudrais pas les commenter toutes. Une dernière remarque cependant pour Noir désir qui a essayé l’originalité sur Le roi des cons mais ne convainc qu’à moitié.
Encore un excellent album pour découvrir de nouveaux noms. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)