Accueil > Musique > 2007 > Amon Tobin - Foley Room

Amon Tobin - Foley Room

mardi 6 mars 2007, par Seb


Après le splendide « Chaos Theory », le bidouilleur brésilien revient avec « Foley Room ». Un titre inspiré par les chambres de bruitages utilisées pour doubler les films. Monsieur Tobin a pris une autre source pour créer son univers sonore. Au revoir les vinyles, bienvenue les musiciens ! Mais à sa sauce bien entendu… L’album précédent ouvrait déjà cette porte, celui-ci l’enfonce.

La première plage «  Blood stone » nous replonge dans une atmosphère connue par sa construction et ses effets ( aahh si quelqu’un avait dû inventer le reverse je crois qu’on tient notre homme) mais aux sonorités plus classiques. Violons tourbillonnants et piano se mêlent pour plonger dans un rythmique lente, solennelle et volontairement oppressante. Le décor est posé. On pourrait croire que le temps assagit mais « Esther’s » nous crache des vrombissements de moto écrasés par un rythme drum’n bass. Le temps se couvre avec « Keep your distance ». Sorte de mille et une nuits obscur, mystérieux où tambours et cymbales cherchent à se voler la vedette. (Une des pièces maîtresses de cet opus)

La suite empreinte des chemins beaucoup plus expérimentaux avec notamment « Kitchen Sink » le bien nommé où se croisent bruit d’eau et crissements de ferrailles sur fond de triangle survitaminé. Là se pose le problème des ambiances très décalées principalement composées de sons réels. En effet ce genre d’atmosphère avait déjà été expérimentée avec brio (avec «  Triple Science » sur « Out from out where » par exemple) sur base de sons triturés mais l’acoustique présente ici pourra en dérouter plus d’un. L’expérience vaut en tout cas le détour.

La fin rentre dans des sentiers plus connus. Notons « Big Furry Head » qui ne vous rassura certainement pas dans une ruelle perdue en pleine nuit (si si essayez !). Les amoureux des rythmes découpés en rondelles sauces Amon se précipiteront sur « Ever Falling » ou « Always ».

Bref un album très diversifié qui explore pas mal d’ambiances sur une base sonore commune. Ce nouveau procédé le détache d’un point de vue sonore des autres. Les puristes regretteront peut-être, les expérimentateurs apprécieront certainement.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)