Accueil > Musique > 2007 > D-Brane : Shut The Blinders Pull The Curtains

D-Brane : Shut The Blinders Pull The Curtains

jeudi 8 mars 2007, par Marc

Voyage sonore de proximité


Alors que les sorties et annonces de poids lourds (Arcade Fire, Andrew Bird, LCD Soundsystem, Modest Mouse) se succèdent à une cadence qui me fait un peu peur, je m’offre une pause. J’en profite donc pour livrer quelques impressions sur un album que j’écoute. J’aime bien écrire sur ce que j’écoute, je ne sais pas si vous avez remarqué. C’est amusant de penser qu’un lecteur régulier va faire une drôle de tête en voyant cette critique au menu de ce site. Autant l’annoncer d’entrée, je connais le compositeur derrière cet album. Voici donc la critique de proximité, à la limite de la critique dont vous êtes le héros.

Vais-je une fois encore faire preuve de coquetterie et invoquer un manque de vocabulaire et d’expérience en matière de musique électronique ? Je vais me gêner tiens... Même s’il faut préciser que j’en écoute beaucoup plus que je n’en parle. Si l’éclectisme est une qualité qui plaît d’emblée sur ce Shut The Blinders Pull The Curtains, il y a quand même une certaine unité de ton. Et un ange tutélaire est incontestable : Amon Tobin. Il s’agit d’un parrainage plus qu’encombrant, tant le Brésilien s’est hissé haut dans la sphère des compositeurs de haut vol.

Il est amusant de voir la version finalisée d’un morceau dont on a connu les évolutions. The Tramel Trip par exemple, est un des morceaux les plus accessibles. Le groove est vraiment réussi. Il reçoit ici un traitement plus luxueux (et vaguement inquiétant). L’insertion d’instruments lui a été inspirée, dit-il, par Dani Brillant (un peu comme si Joy Division déclarait avoir eu une intuition en écoutant Annie Cordy). Le résultat est plus varié mais moins uniformément dansant. Mais vous avez compris que le but n’est pas de le sortir en single. Dans un registre aussi léger, Spaceship pourrait être considéré comme de l’IDM s’il n’était plus sombre. L’univers de D-Brane n’est pas exactement celui de l’eurodance, vous l’aurez compris. Mais il a le bon goût de ne pas sombrer dans la complaisance glauque et de truffer ses paysages sonores de pulsations rythmiques. J’avais dans l’idée qu’une musique faisant taper du pied était facile. Avec le temps, je me rends compte que c’est vraiment nécessaire. Je me réjouis donc d’autant plus du mélange de Breakbeat et de trompette sur Wissarb Glitz.

Un de mes moments préférés est Boundaries of Olfaydoz et son accélération industrielle, dans l’acception du terme qu’en avaient Eintürzende Neubauten. Il se paye même le luxe de ne pas faire exploser le tout. Je m’en voudrais de ne pas signaler que certains passages sont à réserver à des oreilles un peu averties (Effervescing Gin). Il vous faudra aussi un mot des parents pour Nobody But, You, So Wise qui me déconcerte encore. J’ai semé des petits cailloux mais je me suis quand même perdu. Mais pour faciliter la tâche de l’éventuel critique, il met lui-même les étiquettes. Certaines n’adhèrent pas. Renseigné comme Porn Groove, Intravenal avec ses incrustations de BO que je n’ai pas reconnu ne conviendrait pas comme bande son d’un film heu... burlesque.

Dans la confection de ce genre de musique, le cheminement est aussi important que la destination. C’est donc agréable d’avoir un compte-rendu d’une étape. De quoi sera faite la suite ? On peut dire que finalement, les pistes sont nombreuses. Peut-être qu’en gagnant en confiance les morceaux oseront sortir en étant plus nus. La simplicité (pas l’indigence) est peut-être la chose la plus difficile à réussir. Il n’a pas encore tout lâché, c’est normal et palpable. Encore une fois, à vous de voir si cette musique vous est destinée. Elle l’est pour moi en tous Je vous encourage donc à vous rendre sur le site et télécharger gratuitement le tout. C’est cadeau c’est bonheur. Je vous l’emballe ?

Ah oui, le site : http://www.kokubo.be

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

9 Messages

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • Akira Kosemura - Love Is __

    On n’a pas vu la série Love Is __ qui n’a connu qu’une seule saison sur la chaine d’Oprah Winfrey mais on devine qu’elle repose sur l’intime, qu’elle ne regorge pas de zombies et de poursuites en voiture. C’est l’impression que se dégage de ses musiques composées par le Japonais Akira Kosemura et sorties sur son label Schole Records dont on vous reparlera bientôt.
    L’absence forcée de support visuel ne rend pas toujours honneur au talent des compositeurs de musiques de films ou de séries mais dans le cas (...)

  • Frank Riggio - Anamorphose

    The Tobin Replica
    Résumons, j’avais déjà introduit le travail de Frank Riggio dans la critique de son premier album Visible In Darkness l’année dernière, et tenté de décrire son univers, de pister ses influences parmi les Cinematic Orchestra, Bonobo, DJ shadow, et bien évidemment Amon Tobin.
    Si ce premier album marquait encore une certaine distance avec ce dernier, force est de constater que, cette fois, l’approche de Riggio a été de "calquer" son travail sur l’oeuvre de Tobin.
    Et c’est (...)

  • Xploding Plastix - Treated Timber Resists Rot

    Ma surprise de l’année
    "Inattendu ! Tout simplement inattendu cet album de Xploding Plastix ". Bon d’accord, je mets tellement de temps à écrire une critique, que quand je la finis, mon engouement du début (sorti en septembre tout de même) a tous les airs d’un rosbeef froid... cela dit, ce n’est pas mauvais non plus.
    Donc, il y a desfois comme ça où l’on attend quelque chose, on scrute le net à l’affut d’un mouvement, d’une news... et rien, calme plat sur la mer morte. Et puis un ami vous poke et fait (...)

  • Charlotte Greve - Sediments We Move

    La technique ne vaut que par ce qu’on en fait. Ce lieu commun prend tout son sens avec l’Allemande installée à New-York Charlotte Greve. Sa formation jazz est évidemment immédiatement identifiable mais la matière proposée ici en dévie sensiblement, ou plus précisément la pervertit avec une mine gourmande.
    Il faut dire que la matière première de cet album, ce sont les voix du chœur berlinois Cantus Domus qui dirigent souvent les débats. On a finalement rarement entendu une combinaison sauf à revenir (...)

  • Ola Kvernberg - Steamdome II : The Hypogean

    S’il est plaisant de découvrir un artistes à ses débuts, de tracer son évolution, il peut aussi se révéler valorisant de le prendre en cours de route, avec une belle progression. On ne décèle pas tout de suite le potentiel de la chose mais il apparait bien vite que le potentiel du compositeur norvégien est indéniable.
    Arpy commence de façon un peu douce, mélodique, simple. Mais imperceptiblement, quelque chose se passe, les lignes restent les mêmes mais la vibration qui la sous-tend se fait plus dense, (...)

  • Rouge - Derrière Les Paupières

    On a été en contact avec plusieurs albums piano solo récemment, ceci est purement fortuit, et complètement indépendant du concours Reine Elisabeth. Ce qui étonne en fait, c’est la grande variété des moyens et des résultats. Avec ce trio articulé autour de la pianiste Madeleine Cazenave flanquée de la basse de Sylvain Didou et de la batterie de Boris Louvet, on se rappelle que le piano est un instrument à cordes frappées. Et ça balance franchement.
    Dans le genre, on n’est pas toujours éloigné de ce que (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)