Accueil > Musique > 2007 > Feist : The Reminder

Feist : The Reminder

mercredi 2 mai 2007, par Marc

Leçon d’album


Comment ne pas perdre les fans de la première heure en recopiant servilement les recettes qui ont marché ou en déroutant tout en évoluant pour ne pas se retrouver enfermée dans un carcan musical ? C’est un problème auquel sont confrontés tous les groupes qui doivent donner un successeur à un album qui a plu. Il y a plein d’exemples cette année qui succède à quelques années fastes pour les jeunes groupes avide d’une gloire rapide. Et qui s’en sortent plus ou moins bien. Un conseil qu’on peut leur donner c’est de s’inspirer de cet album de Feist.

Elle met donc à la fois ce qui marchait sur Let It Die et réussit ce qu’il y a de nouveau. Sans tomber dans un mid-tempo systématique plus accessible commercialement. C’est peut-être moins cohérent puisque à côté de morceaux plus introspectifs comme ceux du précédent album figurent des titres plus directs et emmenés. Elle se débrouille dans les deux registres de toute façon. Même si ici la surprise c’est que c’est surtout les morceaux un peu plus enlevés qui emportent le plus facilement l’adhésion. I Feel It All ou My Moon My Man sont accrocheurs en diable, basés sur des gimmicks de premier ordre (le piano dans le premier cas, la basse dans le second). Le tout grâce à des arrangements impeccables, gardant toute la rugosité nécessaire. Par la voix ensuite, celle qui nous avait séduit et nous recharme instantanément. Il y a des chanteuses qui ont un organe immédiatement émouvant, c’est comme ça, il faut l’accepter. Et l’accueillir en l’occurrence. Alors que Let It Die comportait pas mal de reprises, on n’en compte qu’une ici, Sea Lion Woman de Nina Simone qui touche au gospel mais avec une guitare bien amenée. Cette chanson s’inscrit de toute façon assez naturellement dans son répertoire. On terminera la liste des réussites plus pêchues par Past In present et son entrain communicatif. La guitare y est discrète, simple, un modèle.

Mais qu’on se rassure, elle garde aussi ses tendances lo-fi (The Park) quand même. Parce qu’il ne lui faut pas grand chose pour être émouvante (The Water) sans être misérabiliste ou ennuyer. C’est qu’elle a le bon goût de ne pas jouer sur le même climat. Même dans le registre plus lent, elle peut étoffer le morceau d’un piano par exemple sur l’impeccable slow There’s A Limit To Your Love. Il y a d’autres petites douceurs comme Brandy Alexander qui montre qu’elle n’est pas une chanteuse comme les autres. Dans ce cas, on s’attardera plus sur l’ambiance dégagée que sur les qualités intrinsèques pourtant présentes. Intuition semble un peu indigent quand elle se sent obligée de partir dans des vocalises pour remplir l’espace sonore. Puis viennent des chœurs nombreux et sous-mixés. Honey Honey est aussi plus anecdotique. Finalement, les titres plus lents mis à la fin (les quatre derniers) apparaissent comme moins embalants que ceux de la première partie de l’album. Elle s’en sort avec les honneurs dans le genre mais c’est moins frais que sur Let It Die. Pris dans le contexte de l’album, ces pièces trouvent leur justification dans l’impression de douceur générale qui s’en dégage.

Elle a une voix faussement fragile, installant l’intimité en trois secondes, mais qui peut sortir de ses gonds, ce qu’elle fait plus ici. On a toujours l’impression qu’elle nous parle à l’oreille, rien qu’à nous. Sauf que maintenant, on sent qu’il y a plus d’ampleur, donc des gens autour. Ce n’est pas gênant. On peut la partager après tout, il faut que tout le monde en profite. Et puis avant de connaitre une certaine notoriété, elle a collaboré avec le collectif Broken Social Scene, notamment sur leur excellent You Forgot It In People. Elle s’inscrit donc dans la lignée de leurs bonnes chanteuses avec Amy Millan et Emily Haines. Heureuse scène de Toronto (Do Mak Say think, Stars, The Dears...) décidément.

La petite Leslie (31 ans quand même) sa grandi. Ce n’est plus un petit oiseau touchant tombé du nid, c’est une femme qui réussit ses audaces. Elle a énormément voyagé et les chansons parlent de ça, de l’éloignement, des relations impossibles à nouer, de la solitude. La longue attente depuis Let It Die (presque trois ans) se voit donc récompensée par un album plus varié, plus mature et même meilleur. La chanteuse de Calgary a cru bon nous soumettre un Reminder pour ne pas qu’on oublie qu’elle est une des auteur-interprètes marquantes de notre époque. Il en résulte une des réussites de cette année.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Feist : The Reminder 2 mai 2007 14:23, par Paulo

    côté son je note deux choses : 1. l’overcompression de la voix sur "I feel it all", ca a son petit effet. Effet mieux réussi sur "my moon my man" où la fusion avec la partie orchestrale est plus crédible.
    2. Lofi... effectivement the park sonne limite boite à sardines... mais bon, ce que artiste veut, artiste peut.

    repondre message

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)