Accueil > Musique > 2007 > Corde Sensible : EP

Corde Sensible : EP

dimanche 15 avril 2007, par Marc

Plan-langues de pop anglaise sixties


Comme vous vous en êtes sûrement aperçus, la chanson française n’est pas exactement ce qui occupe le plus sur ce site. Mais de temps en temps, on aime s’offrir une escapade dans notre langue. L’envoi du prometteur EP autoproduit de Corde Sensible nous fournit une bonne occasion.

Quand on parle de chanson française, il est une habitude de distinguer le chant et son contenu de la musique. Je vais donc le faire ici aussi mais pour des raisons moins habituelles. En effet, si on juge en général le contenu en priorité, on se contente de traiter la forme en second, plus comme un emballage. Ici, la forme est ce qu’il y a de plus emballant, donc c’est de ça qu’on va parler d’abord.

Quatre titres, c’est à la fois très peu et suffisant. Peu parce que tout n’est pas dit, mais assez pour définir de façon claire la démarche de LaCorde (le pseudo du chanteur-compositeur-interprète). Il s’agit d’une pop classique, classieuse, essentiellement acoustique et dotée d’arrangements de fort haut niveau (un violon pas mielleux, piano, choeurs, le tous assez subtil). On pense tout de suite à des classiques comme les Beatles ou le Pink Floyd acoustique non délirant. Et puis au-delà de ces évidences, on est finalement plus proche des relectures modernes de ces deux classiques que nous données Archive (surtout sur les réussis Ce Qui Nous Oppose et Qui Me Sera De Secours ?) et Oasis. Si Corde Sensible ne possède pas le caractère hypnotique et se révèle plus artisanal que les premiers, il en a la facilité mélodique et aussi le côté peu racoleur. Ce qui est indéniablement une qualité mais pourra sembler manquer d’accroche à certains. Trêve de sentiments présente quant à elle quelques moments mélodiques (du côté du refrain) des ressemblances très troublantes avec Live Forever, qui lui-même, etc... Mais bon, le côté couillu macho des Gallagher est ici remplacé par plus de délicatesse.

Comme on l’a dit, les paroles sont en français. Et pourquoi pas, si c’est dans cette langue qu’il écrit et chante le mieux ? Ca a le mérite de la sincérité, vu que le résultat évite les deux écueils de la platitude et de la poétisation à outrance. Mais il faut bien avouer que lors des premières écoutes (surtout que le premier morceau n’est pas mon favori avec ses lalalas, question de goût) que c’est un peu déconcertant.

Evidemment, tout ce qu’on souhaite à Corde Sensible, c’est l’occasion de prouver sur un EP de quoi ils sont capables. Un petit conseil dans ce cas, il faudra un peu plus de variété. Le style est là, et sur quatre titres ça fait mouche, mais bon, douze pareils il faudrait pas.

Autant de texte pour quatre petites chansons ? Oui, si c’est pour la bonne cause de faire découvrir des artisans sincères. Il est facile dès lors de tracer le portrait de la personne qui pourrait être séduite par Corde Sensible : il s’agit de l’amatrice ou de l’amateur de pop anglo-saxonne ciselée estampillée années ’60 et ’70 et de chanson française. Bizarrement, pas de pop française seventies. Candidat(e) ? Faites-vous une idée sur leur myspace.

http://www.myspace.com/cordesensible

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)