Accueil > Musique > 2007 > Basia Bulat : Oh My Darling

Basia Bulat : Oh My Darling

vendredi 27 avril 2007, par Marc

La sincérité est une vertu


Vous avez sans doute connu des 2 janvier. Un par an normalement. Cette date où l’euphorie du réveillon est retombée, où le boulot à repris et où on réalise qu’il y a peu de raisons que l’année qui commence soit meilleure que celle qu’on a enterré deux jours auparavant. Je dois donc aux défricheurs attentifs de Said The Grammophone, ce qu’on appelle en langage technique des first wave bloggers ou types toujours premiers sur la balle la découverte de Snakes And Ladders. Ce morceau euphorique, de ceux qui embellissent un moment est ce que j’ai le plus écouté cette année et je lui dois d’avoir passé l’hiver de bonne humeur. Etrangement, personne à qui j’ai fait écouter ce morceau ne semble complètement partager mon enthousiasme. La découverte absolue impose une certaine solitude quelquefois.

Plus de 5 mois ont passé et cet album de la chanteuse de London, Ontario vient confirmer le bien que je pensais d’elle. Avec toujours cette sensation grisante d’aborder un territoire vierge, d’avoir comme chanson de chevet ce qui plaira aux autres plus tard.

Une des qualités indéniables de tout ceci est la sincérité. Elle sourd de chaque note. On la décèle dans les imperfections techniques, dans la sècheresse du son. Qu’on ne se méprenne pas, je ne me réjouis pas d’avoir un son pourri (il ne l’est pas) mais le personnage semble tellement honnête, ces chansons existent depuis tant de temps qu’on y voit la façon la plus directe de toucher l’auditeur. A des kilomètres de la bizarrerie calculée et faisandée de la musique pour table basse de salon style Coco Rosie, on est dans l’artisanat dans de qu’il a de plus pur. Pas de celui qui veut être à la mode, non, celui qui existerait même sans aucun auditeur. Par exemple, quand les violons interviennent sur Little Waltz, c’est tellement dépourvu d’artifices que l’échine se voit mise à contribution. La redoutable simplicité met le dernier couplet tellement en évidence qu’on ne peut que céder. Les chansons sont courtes, l’album n’est pas non plus bien long. Pas de vaines digressions, juste du filet pur, sans matière grasse. Aller à l’essentiel, donner au morceau ses plus simples et beaux atours, voilà ce qui a sans doute dirigé la démarche de Basia Bulat.

Ce qui est bien vu, c’est qu’au lieu de se complaire dans des climats lents, elle n’hésite pas à mettre de temps en temps des percussions (I Was A Daughter, December, Why Can’t It Be Mine). Ce qui a le double mérite d’éviter la monotonie et de donner des atours plus séduisants à certaines chansons. On ne l’ajoutera pas à notre longue liste des « femmes folk à moral chancelant ». De plus, on a droit à des orchestrations fouillées sur The Pilgrim Vine. Peut-être que d’autres compatriotes auraient rendu le tout plus solide, mais aucun ne peut donner cette impression de proximité. Elle peut embellir de quelques notes de piano un morceau qui n’attendait que ça (Birds Of Paradise). En toutes circonstances, elle ale a le sens de la mélodie qui tue de toute façon et le prouve en de nombreuses occasions. Pourrez-vous résister à The Pilgrim Vine ?

Il faut quand même préciser que c’est parfois trop lisse et convenu (December, Little One) et que quelques titres sont plutôt oubliables mais rassurez-vous, on n’a jamais l’impression d’écouter les Corrs.

Mais ce qui reste de ce Oh, My Darling c’est une voix impossible à confondre et de vraies bonnes chansons, intemporelles et touchantes. Oh, tout n’est pas inoubliable, une partie est même anecdotique, mais dans les moments où ça fait mouche, on est dans le meilleur du folk.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Basia Bulat : Oh My Darling 11 mai 2007 23:20, par Tigermilk

    Bonjour, j’aime beaucoup Basia Bulat, avez-vous un contact où l’on peut vous écrire ?

    repondre message

    • Basia Bulat : Oh My Darling 17 mai 2007 23:46, par Marc

      En fait, il suffit de cliquer sur mon nom juste en-dessous du titre.

      C’est bien fait quand même...

      repondre message

      • Basia Bulat : Oh My Darling 23 mai 2007 13:26, par Anakin Skywalker

        Bonjour,
        En faite, j’ai eu l’occasion de la voir hier soir au Bataclan, et j’avou j’ai été supris par la sincérité de cette charmante personne. Sincérité que l’on retrouve jusqu’au bout de son sourire. Un coup de coeur que j’ai rarement ressenti en écoutant sa voix raillant parfois ce qui laisse de belle sensation auditive. Basia est à suivre dans sa carriére, je suis persuadé de la retrouvé bientot en Prime dans une salle parisienne. Dommage, je ne lui ai pas demandé son N° lorsque qu’elle m’a dédicacé son album ;-)

        repondre message

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)