Accueil > Musique > 2007 > Client - Heartland

Client - Heartland

mercredi 25 avril 2007, par Paulo

Revoilà Client !


Revoilà Client, transféré chez Mute après des débuts sur le label Toast Haway d’Andy Fletcher, le backing keyboard de Depeche Mode (celui qui est presque dans les backstages). Bon je vais peut-être faire un peu mauvaise langue et vaguement méchant pour faire people, mais j’ai l’impression que ça n’est pas une mauvaise chose pour ce groupe, tant l’assimilation à AF pouvait devenir encombrante. Je peux argumenter en disant du bien : Andy Fletcher est le membre de DM qui tape le mieux dans les mains, et c’est un des tous grands DJ qui peut se permettre l’utilisation du STOP par erreur lors d’un set et du mixage off beat. Il est donc clair que passer de la maison personnel de Andy à celle de Depeche Mode ressemble à une promotion.

Surfant sur une vague post-ladytron, ce petit groupe de demoiselles promettait une electro assez percutante. Je me rappelle d’un de leur premier titre [Client], au demeurant très bon, et de leur dénomination énygmatique des membres : Client A, Client B et Client C.

Cet album, le troisième, tient la ligne sans être révolutionnaire. Il fera plaisir aux amateurs d’ebm mélodique ou d’electroclash. On aperçoit quelques singles : Drive, Lights go out (à la ligne de basse très (trop ?) semblable à un des morceaux de Goldfrapp), Xerox Machine... mais qui n’en feront pas un groupe incontournable. Certains morceaux tendent vers le rock comme la puissante reprise de Adam and the ants[Xerox Machine], on y relève aussi des réminiscences agréables de la bonne époque de Garbage et leur titre Milk [Someone To Hurt].

Je voudrais quand même essayer de décrire ce sentiment qui m’a un peu rebuté à la première écoute et que j’ai maintenant su dépasser, c’est cette sensation de démodé, que ce soit dans les sons (goldfrapp), la compo (ladytron) ou dans les textes[Where’s The Rock’n Roll Gone], tout vient d’être exploré, et c’est encore un peu tôt pour s’en rappeler.
Pour les textes, c’est vrai, on s’en fout un peu, c’est de la musique à danser et pas de la chanson à texte, et se concentrer sur les paroles ne va pas créer des migraines philosophiques.

D’autre part, Client est un groupe plastiquement indiscutable que l’on regardera avec plaisir en concert (bon elles viennent pas à Dour...), mais comme on ne vote pas pour Ségolène parce que c’est une femme, on s’intéressera à Client pour sa musique uniquement (->histoire de tenir des propos politiquement corrects).

Une fois passé la sensation de démodé, c’est vrai que l’on pourra prendre du plaisir pour se remémorer toutes ces références (+ références officielles Kraftwerk, New Order, Joy Division...) mais n’étant pas dans le buzz, je pense que Client va rester un groupe secondaire continuant sa carrière en interpolation de Ladytron, Goldfrapp, Garbage et futures inspirations...

Définiront-elles ainsi un jour un point d’interpolation dans notre culture musicale ? Je leur souhaite tout de même.

http://www.myspace.com/client

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)