Accueil > Musique > 2007 > Just Jack - Overtones

Just Jack - Overtones

vendredi 27 avril 2007, par Fred

Un bon plat de hip hop anglais à la sauce funky.


On pourrait à première vue classer Just Jack dans la catégorie rappeur anglais entre The Streets et Dizzie Rascal. Ce serait cependant un peu réducteur à bien d’un titre.

Comment vous expliquer......

Procédons par analogies :

- Imaginez un ersatz de Mike Skinner au micro. Mais tentez plutôt d’imaginer un Skinner heureux et bien dans sa peau, qui pourrait faire des chansons optimistes, avec des sons de cuivre clairs (Glory days)
- accompagnez de guitares funky et de basses/rythmiques mid-tempo disco ou souls (Life stories, Writer’s block).
- d’ailleurs ajoutez y également un soupçon du groove de Jamiroquai. N’oubliez pas de prendre les ensembles de cordes avec le JK (No time)
- ajoutez des guitares acoustiques en surplus du dernier album de Sting (Hold On, Mourning Morning)
- n’hésitez pas à utiliser quelques sons 8-bits pour un effet old-school et placez un "cheesy guitar solo" (I talk to much)
- adjoignez une chanteuse en soutien de ce beau parleur.
- terminez par une plage de plus haut standing, candidat pour le thème du prochain James Bond, pour faire bonne mesure (Lost)

Vous voilà avec une idée de la recette suivie pour Overtones.
Les styles vont de la house old-schoold au funk et au guitares espagnoles. Chacun y trouvera donc quelque chose.
Et quand la machine s’emballe c’est une véritable distributeur de bonheur (Starz in their eyes, Writer’s block, Glory Days).

Les paroles sont catchy à l’écoute et mériteront certainement une relecture en profondeur (avec l’urban dictonary à portée de main), le flow est excellent.
Tout n’est pas parfait bien entendu. Bien que rappeur impressionnant, Jack Allsopp n’est pas vraiment un grand chanteur. De plus, tous les 13 morceaux n’ont pas le même impact, les plus intéressants ayant été cités ci-dessus.

Mais bon, le résultat final est là : ce second album est tout de même fort bon et risque bien d’en faire sourire plus d’un.

Article Ecrit par Fred

P.-S.

PS : les plus observateurs auront remarqué que toutes les références ont un point commun....

PPS : J’aurais pu également vous dire que la ligne de basse de Disco Friends lorgne très sérieusement sur celle de "Love at first sight" de cette chère Kylie, mais ça aurait mis à mal le jeu de similitudes...

Répondre à cet article

4 Messages

  • Just Jack - Overtones 27 avril 2007 12:06, par Paulo

    on peut citer aussi Gonzalez et Phoenix en parallèle, (claude françois aussi mais plus loin)

    je viens de tendre une oreille sur myspace, c’est connu en fait, par le single "starz in their eyes"

    repondre message

    • Just Jack - Overtones 27 avril 2007 15:46, par Fred

      Exact, c’est très connu et ça tourne en forte rotation que ce soit sur les radios ou dans les jingles télé.

      Oui, exact Phoenix, mais si je ne m’abuse, ça aussi ça aurait foutu l’exercice de style sur les références à l’eau.

      repondre message

      • Just Jack - Overtones 27 avril 2007 18:23, par Paulo

        je pense que je n’ai pas compris... Je peux avoir un indice ?

        repondre message

        • Just Jack - Overtones 2 mai 2007 21:05, par Fred

          J’oubliais, le désopilant morceaux caché Kollaid, fait fortement penser à du LCD Soundsystem.

          POur le reste, on dirait que la pop anglaise à trouver un remplaçant à Jamiroquai...

          repondre message

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)