Accueil > Musique > 2006 > Beirut : Gulag Orkestar

Beirut : Gulag Orkestar

mercredi 7 juin 2006, par Marc


Bien évidememant un nom n’est pas tout mais en mettant Gulag Orkestar de Beirut, on s’attend à autre chose que Week-end à la Mer des Gauff Au Suc’.
La musique folklorique peut servir d’appui aux plus belles réussites. Pensons à 16 Horsepower par exemple (Arcade Fire ?). Le tout est de ne pas tomber dans le régionalisme touristique ou nombriliste. Mais quand il appuie de vraies chansons c’est parfois une réussite. C’est à ce dernier cas de figure qu’on a affaire la plupart du temps ici.

Quelle est la part de musique traditionnelle ? Si la question est légitime, on est face à des compositions s’appuyant ’simplement’ sur des instruments plus usités dans des contextes festifs (trompette, accordéon et dans une moindre mesure violon). Il en ressort un mélange réussi (surtout dans le première moitié de l’labum) entre l’insouciance et la légèreté de l’instrumentation jouant sur un côté volontairement bancal et la mélancolie qui sourd parfois de ces petites comptines déglinguées et ce, dès la plage titulaire d’ouverture.
La qualité des titres est en relation directe avec celle des mélodies des cuivres qui la portent. Avec Postcards From Italy par exemple, on sait après dix écoutes de ce morceau-là qu’il y en aura des centaines d’autres. Cette sensation m’étreint régulièrement et c’est ainsi qu’on accumule les amis de voyage.

A l’inverse, certains morceaux apparaissent comme plus quelconques, surtout les moins intimistes. C’est aussi une question de goûts personnels. Quand ils se frottent à des ambiances plus typiquement musique de cirque je suis plus réticent (Bratislava), allergique que je suis aux casse-burneries Kusturiquiennes. Reconnaissons cependant que les ambiances varient d’un morceau à l’autre, de la valse malade (Rhineland (Heartland), Prenziauberg) au minimalisme vintage de After The Curtain en passant par les rythmiques cheap de Scenic World. Et le tout n’est ni gai ni triste, c’est plutôt les deux à la fois. Triste comme une steppe russe désolée, gaie comme une fanfare, telle est cette musique que l’on doit à un Américain de 19 ans. Mais ce n’est pas exactement une fanfare, et la belle voix masculine convient parfaitement à toutes les circonstances rencontrées au long de l’album.
On se rend compte dès l’attaque de Mount Wroclai (Idle Days) que c’est Yann Tiersen qui s’est approprié l’orthodoxie indépendante de l’usage de ce type d’instruments dans nos contrées. Mais ceci est moins joli, moins bobo, plus convivial aussi.

Voilà, vous êtes sans doute pas très avancés, mais au moins vous saurez si vous devez (ou pas) aborder Beirut puisque les seules réticences objectives potentielles porteront sur le style pratiqué. Ceux qui voudront savoir ce que la musique indépendante peut devoir au folk de l’Europe centrale et de l’est vont découvrir quelque chose de nouveau. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)