Accueil > Musique > 2007 > Yacht - I Believe In You. Your Magic Is Real

Yacht - I Believe In You. Your Magic Is Real

mercredi 6 juin 2007, par Marc

Le cul entre deux chaises


Dans notre grande série « Les critiques à potentiel populaire limité », je vous présente cette semaine Yacht. J’ai découvert ce projet solo de Jona Bechtolt (de Portland, Oregon) un peu par hasard, en première partie d’un concert de LCD Soundsystem. Sans crier gare, il transforme la prestation en un réjouissant happening, dansant dans le public, organisant des séances de question-réponses. Encouragé par cette découverte, je me procure illico l’album. Après une écoute, on se rappelle précisément ce qui a été joué en direct. Première constatation, on a bien mémorisé les morceaux. Ce qui est suffisamment rare pour être mentionné.

Ce que ça m’évoque, c’est un peu le premier album de Miam Monster Miam, celui des déconnades pré-américana. Les remerciements en fin d’album (Your Magic Is Real) renforcent encore cette impression. Les sons de synthés un peu cheap aussi. Sauf que, bizarrement, on aimerait qu’ils le soient plus, histoire de pousser le procédé dans ses derniers retranchements. La volonté de construire des morceaux qui tiennent la route, pour louable qu’elle soit, impose de choisir son camp. L’album ne souffre donc pas tant de mauvais choix que cette impression de derrière entre deux chaises, n’osant pas vraiment lorgner vers une electro rentre-dedans et bouffonne et une écriture pop plus fine. De même, la reddition en live doit énormément à l’abattage du personnage mais aussi à l’aspect d’hymne de certaines phrases. Englobées dans une musique plus étoffée, elles perdent un peu de leur pertinence.

Il y a des moments d’essai-erreur qui pourraient à la limite se justifier dans l’impro sur scène mais semblent juste avoir échappé à un choix laxiste de titres. Le court Drawing In The Dark est à cet égard très dispensable. Autre exemple, le Women Of The World, qui est un genre de post-electroclash, est plus bruyant que bastoneur. Les inserts plus ‘dance’ sentent le bricolé. Ce qui n’est pas un problème en soi, mais on sent trop la volonté de ‘sonner moderne’ à tout prix. Alors, qu’est-ce qu’il aurait fallu à Yacht ? Sans doute une oreille amie et productrice pour lui suggérer d’épicer ces titres au double visage, efficace et un peu simpliste sur scène et un rien trop fade sur disque.

Très digeste, fort souvent amusant, cet album est un peu frustrant parce qu’on sent qu’un peu plus de rigueur en aurait fait un album d’electro-pop de haute tenue. Reste un bon moment ludique qui ne peut qu’être recommandé à l’esprit curieux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)