Accueil > Musique > 2007 > Matthew Herbert - Score

Matthew Herbert - Score

vendredi 15 juin 2007, par Paulo

Le petit monde de Mr Herbert


Polyvalent tout en gardant sa touche sarcastique bien à lui [1], Matthew Herbert nous livre ici un album composé de divers morceaux créés à l’occasion de bandes sonores.

Score est un album de salon pour les fans de Herbert, pour les amateurs de musiques de films, pour ceux qui aiment la musique classique, le jazz et les années 30 histoire de se branchouiller un brin...

Il n’y a pas grand chose à en dire, sinon que c’est comme une nouvelle facette de Herbert dans laquelle on reconnaitrait des tics et des mimiques (voir la plage 3 jazzy [Rivoli Shuffle])

Soulignons toutefois l’intéressante reprise de [Singing In The Rain] avec son post-traitement samplé et électronisé.

L’écoute en détails revèlera sans doute des perles, mais comme les albums de Matthew Herbert s’écoutent sur la longueur, je vous en laisse la primeur.

PS : Bon d’accord je vous donne une piste [Running For The Credits]

Article écrit par Paulo

Notes

[1] Mega Footnote

Citons parmi les nombreuses oeuvres de l’Albert Dupontel de la musique (pour le même petit air dingo) :

- le titre éloquent de son album sous le pseudo Doctor Rockit - The Unnecessary history of Doctor Rockit (2004) ;

- son album en téléchargement libre The Mechanics of Destruction (2001) sous le pseudo Radio Boy, dénonçant la société de surconsommation ;

- Matthew Herbert - Plat du Jour (2005) fait à partir de sons de cuisine ;

- Mattew Herbert Big Band - Goodbye Swingtime (2003) son projet jazzy fort réussi, avec ses touches légères de traitement électronique sur les instruments ;

- Production de l’excellent album de Roisin Murphy - Ruby Blue en 2005
voir le critique http://mescritiques.be/spip.php?article252

- Matthew Herbert - Scale (2006) un album synthèse à la fois jazz et sound design tout en gardant un grain de folie lors des concerts, gesticulant, usant de klaxons et corchestrant un ensemble humain et électronique ;

- et, sans oublier, la production du dernier album de sa femme Dani Siciliano et ses collaborations avec Bjork...

Bref homme à tout faire et faisant tout, il a accompli pas mal de chemin ces dernières années dépassant de loin ses premiers remixes minimals (un peu blip music) que j’ai toujours du mal à digérer (1996).

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une déclamation illustrée (on ne vous en aurait sans doute pas parlé...) mais un vrai album court qui distille (...)

  • Abraham Fogg - Blåkulla

    On termine souvent la critique d’un EP en souhaitant en entendre plus. Vu que les deux morceaux qu’on connaissait d’Abraham Fogg étaient vraiment enthousiasmants, il va de soi qu’on s’est jeté sur ce premier album avec convoitise. On retrouve ces deux morceaux ici, gage de continuité et de revenez-y.
    Il est à noter que dans les éléments fournis avec l’album ce sont surtout les prix pour les courts-métrages qui sont mis en avant. Il est souvent plus compliqué d’appréhender les projets dont la musique (...)

  • Akira Kosemura - True Mothers (Original Motion Picture Soundtrack)

    C’est récemment qu’on a entendu parler du compositeur japonais Akira Kosemura, pour la musique d’une série inédite chez nous qui nous avait bien plu. Comme souvent dans cet exercice, on va se borner à parler de cette musique hors de son contexte cinématographique, comme une oeuvre indépendante qu’elle n’est pas.
    On le retrouve donc très vite pour la musique d’un film dont on n’a pas entendu parler mais qui est labellisé ‘Cannes 2020’, étrange marque d’un festival qui n’a pas eu lieu. La réalisatrice (...)

  • I Like Trains - A Divorce Before Marriage

    Les reportages sur les groupes de rock font souvent état de leur gloire, de longues tournées, des fans. Il semble que ce ne soit pas le cas pour A Divorce Before Marriage (que je n’ai pas vu) puisqu’il semble s’attarder sur la vie quotidienne de ceux qui ne sont pas des stars. Ça partait pourtant bien, avec une petite notoriété vers 2006. Et puis vlan, l’industrie musicale fait le plongeon et ce sont ces formations de taille modeste qui en font le plus les frais.
    Ils se redresseront pourtant, (...)

  • Charlotte Greve - Sediments We Move

    La technique ne vaut que par ce qu’on en fait. Ce lieu commun prend tout son sens avec l’Allemande installée à New-York Charlotte Greve. Sa formation jazz est évidemment immédiatement identifiable mais la matière proposée ici en dévie sensiblement, ou plus précisément la pervertit avec une mine gourmande.
    Il faut dire que la matière première de cet album, ce sont les voix du chœur berlinois Cantus Domus qui dirigent souvent les débats. On a finalement rarement entendu une combinaison sauf à revenir (...)

  • Ola Kvernberg - Steamdome II : The Hypogean

    S’il est plaisant de découvrir un artistes à ses débuts, de tracer son évolution, il peut aussi se révéler valorisant de le prendre en cours de route, avec une belle progression. On ne décèle pas tout de suite le potentiel de la chose mais il apparait bien vite que le potentiel du compositeur norvégien est indéniable.
    Arpy commence de façon un peu douce, mélodique, simple. Mais imperceptiblement, quelque chose se passe, les lignes restent les mêmes mais la vibration qui la sous-tend se fait plus dense, (...)

  • Rouge - Derrière Les Paupières

    On a été en contact avec plusieurs albums piano solo récemment, ceci est purement fortuit, et complètement indépendant du concours Reine Elisabeth. Ce qui étonne en fait, c’est la grande variété des moyens et des résultats. Avec ce trio articulé autour de la pianiste Madeleine Cazenave flanquée de la basse de Sylvain Didou et de la batterie de Boris Louvet, on se rappelle que le piano est un instrument à cordes frappées. Et ça balance franchement.
    Dans le genre, on n’est pas toujours éloigné de ce que (...)

  • Angrusori - Live at Tou

    Quelle est la chance d’un cocktail dont vous n’êtes pas fans des ingrédients vous plaise ? Elle n’est pas énorme peut-être mais elle n’est pas mince non plus, et c’est dans cet interstice que s’est glissé cet album d’Angrusori. Il se propose en effet de partir d’un corpus de musique traditionnelle rom slovaque revu par le filtre d’un ensemble contemporain norvégien.
    Si cette association semble étrange sur le papier, elle est d’une très grande cohérence dans les faits. Le chant est évidemment traditionnel (...)