Accueil > Musique > 2007 > Patrick Wolf - The Magic Position

Patrick Wolf - The Magic Position

dimanche 10 juin 2007, par Marc

Flamboyant


« C’est quoi ce truc ? ». Il faut être honnête, c’est la pensée qui m’a étreint pendant une fraction de seconde à l’arrivée sur scène de Patrick Wolf au festival Sasquatch. C’est que l’image que je m’en étais faite était d’un garçon surdoué mais un peu gloomy. Doué, il l’est sans conteste. Mais glauque, vraiment pas. C’est même tout le contraire, c’est sans doute un des artistes les plus flamboyants de notre époque. Pour ceux qui ont le Cd sous les yeux, sa tenue au dos du booklet est celle qu’il arbore sur scène. Certes, on a plein de chanteurs qui jouent au cabaret et à l’excès avec peu de bonheur (Siscors Sisters), mais ici c’est d’une toute autre dimension. Visuellement tout d’abord, on est restés hypnotisés d’un bout à l’autre. Comme il passe de bête de scène extravertie quand il chante à touchant garçon quand il parle, le charme opère. Auditivement ensuite comme on va le voir.

Et musicalement donc ? J’avoue être passé allègrement à côté des premiers albums du garçon. Donc c’est de son dernier The Magic Position que je vais vous parler. Il s’agit d’un mélange assez inattendu et inspiré. Tout d’abord, la voix et les intonations évoquent assez clairement les années ’80. Mais on a tellement entendu de chants qui y font référence (The Bravery, The Departure, White Rose Movement ou autres Forward Russia) qu’on est finalement assez rassurés de voir qu’il n’en fait pas trop dans le genre. Le spectre de Marc Almond n’est pas loin parfois. Pour l’esprit cabaret notamment. Heureusement, pas de kitscherie de synthétiseurs néo-romantiques en vue. Comme il est un multi-instrumentiste (trop pour les mentionner tous en tous cas) de grand talent on a à la place un mélange d’instruments classiques comme le tuba, le violon, le violoncelle ou le piano et de composants plus classiques comme un bidouilleur su laptop et un batteur. Et qu’est-ce que ça donne ? Parfois une sorte d’Andrew Bird déluré (les deux premiers tout bons Overture, The Magic Position), voire même, quand la voix de Mariane Faithful est de la partie, d’un plus torturé Current 93 (le très prenant Magpie).

Pas très pop tout ça ? Si, en fait, ça reste extrêmement digeste, sauf quand il se livre à des interludes plus expérimentaux (Secret Garden). Chacun aura ses moments préférés sans doute et personnellement, je me suis trouvé moins touché par ses douceurs comme The Stars (il doit sans doute être plus versé vers le musical vintage que moi). Mais c’est une pure question de goût. Il n’y a pas de remplissage, ce doit être clair, même quand il se met à l’hommage aux grandes figures tutélaires comme Cole porter (Enchanted). Des inserts de violon très réussis (Augustine) et relativement sobres et c’est finalement ce qui séduit, cette capacité à ne pas trop en faire, à ne pas faire de l’indigeste en voulant être brillant. Fait remarquable, j’ai à chaque écoute été frappé que les 40 minutes de l’album soient déjà écoulées.

Patrick Wolf se sert de sa virtuosité pour proposer une pop très richement instrumentée mais à hauteur d’homme. C’est la meilleure chose qu’il puisse faire. Il trainait depuis longtemps une réputation de compositeur/interprète doué mais un peu difficile. Il est probable que The Magic Position offre à cet encore jeune (il n’a jamais que 24 ans) artiste la possibilité de montrer au plus grand nombre sa capacité de créer un univers personnel et accessible.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)