Accueil > Musique > 2007 > Fujiya & Miyagi - Transparent Things

Fujiya & Miyagi - Transparent Things

vendredi 29 juin 2007, par Paulo

Brise légère sur Brighton


Suite au single Ankle Injuries et son clip pixelisé (Voir chronique associée sur radiolibre.be) , j’ai trouvé intéressant de jeter une oreille à l’album Transparent Things de Fujiya & Miyagi.

Si quelques titres sont sympas et que l’on peut y trouver quelques attraits sonores, attention à l’ennui lors de premières écoutes. Effet de composition et de production, c’est propre, trop peut-être, les voix et mélodies restent confinées derrière la mécanique de lignes de basse et batterie, et l’on souhaiterait souvent plus d’éclats... Ca pourrait être qualifié de easy-listening poprock en quelques sortes.

Si globalement cela fait penser à The Notwist ([Cylinders] est une bonne illustration) mais sans l’intensité émotionnelle, certains accents attirent l’attention, comme ces quelques effets de breaks ou de backing vocal qui rappellent Daan Sucker Punch et Magnus [Collarbone] mais toujours avec, ici, une présence plus discrète (ce qui, on en prend conscience, n’est pas un mal).

L’instrumental en plage 4 Conductor 71 est très trippant à fort volume comme le single Ankle Injuries, mais au jeu des synthés trippant la version originale de Pop Corn de Gershon Kingsley et de son Moog fait encore tout aussi bien l’affaire.

Années 80 avec le dernier titre, la froideur des synthés, l’effet de voix, le funk de la basse, la mécanique des machines, voilà encore des côtés séduisants qu’il est encore possible de balancer avec un "mais".
Côté strictement positif, on retiendra la voix chuchotée du chanteur et ses phrases entêtantes qui cadrent justement bien avec l’aspect "confiné" de l’album.

Conclusion : Un single prometteur, un album intéressant, un résultat mitigé principalement dû à une production trop lisse, trop plate. Un album qui ne fera donc pas l’unanimité mais dont on ne boudera pas le plaisir du moment...

http://www.myspace.com/fujiyaandmiyagi

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)