Accueil > Critiques > 2007

Fujiya & Miyagi - Transparent Things

vendredi 29 juin 2007, par Paulo

Brise légère sur Brighton


Suite au single Ankle Injuries et son clip pixelisé (Voir chronique associée sur radiolibre.be) , j’ai trouvé intéressant de jeter une oreille à l’album Transparent Things de Fujiya & Miyagi.

Si quelques titres sont sympas et que l’on peut y trouver quelques attraits sonores, attention à l’ennui lors de premières écoutes. Effet de composition et de production, c’est propre, trop peut-être, les voix et mélodies restent confinées derrière la mécanique de lignes de basse et batterie, et l’on souhaiterait souvent plus d’éclats... Ca pourrait être qualifié de easy-listening poprock en quelques sortes.

Si globalement cela fait penser à The Notwist ([Cylinders] est une bonne illustration) mais sans l’intensité émotionnelle, certains accents attirent l’attention, comme ces quelques effets de breaks ou de backing vocal qui rappellent Daan Sucker Punch et Magnus [Collarbone] mais toujours avec, ici, une présence plus discrète (ce qui, on en prend conscience, n’est pas un mal).

L’instrumental en plage 4 Conductor 71 est très trippant à fort volume comme le single Ankle Injuries, mais au jeu des synthés trippant la version originale de Pop Corn de Gershon Kingsley et de son Moog fait encore tout aussi bien l’affaire.

Années 80 avec le dernier titre, la froideur des synthés, l’effet de voix, le funk de la basse, la mécanique des machines, voilà encore des côtés séduisants qu’il est encore possible de balancer avec un "mais".
Côté strictement positif, on retiendra la voix chuchotée du chanteur et ses phrases entêtantes qui cadrent justement bien avec l’aspect "confiné" de l’album.

Conclusion : Un single prometteur, un album intéressant, un résultat mitigé principalement dû à une production trop lisse, trop plate. Un album qui ne fera donc pas l’unanimité mais dont on ne boudera pas le plaisir du moment...

http://www.myspace.com/fujiyaandmiyagi

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)