Accueil > Musique > 2007 > Cinematic Orchestra - Ma Fleur

Cinematic Orchestra - Ma Fleur

mercredi 18 juillet 2007, par Paulo

"C’est de toute beauté !"


The Cinematic Orchestra, groupe au nom évocateur et pourquoi pas emblème d’un genre : la musique cinématique. [1]
Cette musique est une sorte de synthèse et d’évolution entre easy-listening, jazz, trip-hop et doit représenter (figurativement) tout un pan de mur dans la discothèque du label Ninja Tune. On pourrait citer Bonobo d’une part et Amon Tobin de l’autre pour décrire ce genre - lieu commun de multiples influences -.

A l’origine de The Cinematic Orchestra, un employé du label responsable des ventes à l’exportation Jay Swinscoe qui faisait de la musique pendant son temps libre. Ainsi devenu leader d’un groupe de "jazz", le premier album "Motion" eut un succès certain auprès des "connoisseurs" du style, ce qui leur valut une signature sur Ninja Tune...

Un long chemin parcouru jusqu’aujourd’hui, fait de projets et d’albums, The Cinematic orchestra revient avec cet album "Ma Fleur". Sans artifice, plus épuré qu’auparavant, The Cinematic Orchestra signe ici un disque qui a les qualités de ses défauts, pas perturbant l’album se laisse écouter voir se laisse passer, idéal pour les fonds sonores. Une écoute plus attentive fait remonter quelques joyaux :
Tout d’abord le couple That Home/To Build a home et son chanteur Patrick Watson. Etrange le grand écart que fait ce bonhomme entre Ninja Tune et Grey’s Anatomy, série pour laquelle la chanson The Great Excape de son excellent album "Close To Paradise" est créditée.
Ensuite pour les deux autres chanteuses de l’album : Lou Rhodes Time And Space, qui n’est autre que la moitié de Lamb - sa voix chaude et la période trip hop se rappelle à notre bon souvenir - , et Fontella Bass Familiar Ground, authentique diva 60s de la soul et du jazz revient après une précédente collaboration sur Everyday (2002)

Pour l’avoir vu en live, The Cinematic Orchestra est un véritable groupe de jazz, on préfèrera les performances en petite salle plutôt qu’en festival toutefois. Ma Fleur est plus beau que bon, il y a certaines longueurs, notamment dans le jeu de guitare Music Box, et l’ensemble n’offre pas une dynamique suffisante si c’est ce que l’on recherche. Néanmoins, on a la constante impression d’écouter et de toucher quelque chose de beau et en soi, c’est satisfaisant. Ajoutons à cela la découverte fortement recommandée de Patrick Watson, et on penserait presque qu’il est indispensable.

http://www.myspace.com/thecinematicorchestras
http://www.myspace.com/patrickwatson
http://www.myspace.com/lourhodes http://www.myspace.com/fontellabassandthevoicesofst

Article Ecrit par Paulo

Notes

[1Notez que le mot n’est joli que pour les langues différentes de l’anglais, en effet celui-ci signifie tout bonnement dans la langue de Shakespeare "cinématographique".

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)