Accueil > Musique > 2007 > Cinematic Orchestra - Ma Fleur

Cinematic Orchestra - Ma Fleur

mercredi 18 juillet 2007, par Paulo

"C’est de toute beauté !"


The Cinematic Orchestra, groupe au nom évocateur et pourquoi pas emblème d’un genre : la musique cinématique. [1]
Cette musique est une sorte de synthèse et d’évolution entre easy-listening, jazz, trip-hop et doit représenter (figurativement) tout un pan de mur dans la discothèque du label Ninja Tune. On pourrait citer Bonobo d’une part et Amon Tobin de l’autre pour décrire ce genre - lieu commun de multiples influences -.

A l’origine de The Cinematic Orchestra, un employé du label responsable des ventes à l’exportation Jay Swinscoe qui faisait de la musique pendant son temps libre. Ainsi devenu leader d’un groupe de "jazz", le premier album "Motion" eut un succès certain auprès des "connoisseurs" du style, ce qui leur valut une signature sur Ninja Tune...

Un long chemin parcouru jusqu’aujourd’hui, fait de projets et d’albums, The Cinematic orchestra revient avec cet album "Ma Fleur". Sans artifice, plus épuré qu’auparavant, The Cinematic Orchestra signe ici un disque qui a les qualités de ses défauts, pas perturbant l’album se laisse écouter voir se laisse passer, idéal pour les fonds sonores. Une écoute plus attentive fait remonter quelques joyaux :
Tout d’abord le couple That Home/To Build a home et son chanteur Patrick Watson. Etrange le grand écart que fait ce bonhomme entre Ninja Tune et Grey’s Anatomy, série pour laquelle la chanson The Great Excape de son excellent album "Close To Paradise" est créditée.
Ensuite pour les deux autres chanteuses de l’album : Lou Rhodes Time And Space, qui n’est autre que la moitié de Lamb - sa voix chaude et la période trip hop se rappelle à notre bon souvenir - , et Fontella Bass Familiar Ground, authentique diva 60s de la soul et du jazz revient après une précédente collaboration sur Everyday (2002)

Pour l’avoir vu en live, The Cinematic Orchestra est un véritable groupe de jazz, on préfèrera les performances en petite salle plutôt qu’en festival toutefois. Ma Fleur est plus beau que bon, il y a certaines longueurs, notamment dans le jeu de guitare Music Box, et l’ensemble n’offre pas une dynamique suffisante si c’est ce que l’on recherche. Néanmoins, on a la constante impression d’écouter et de toucher quelque chose de beau et en soi, c’est satisfaisant. Ajoutons à cela la découverte fortement recommandée de Patrick Watson, et on penserait presque qu’il est indispensable.

http://www.myspace.com/thecinematicorchestras
http://www.myspace.com/patrickwatson
http://www.myspace.com/lourhodes http://www.myspace.com/fontellabassandthevoicesofst

Article Ecrit par Paulo

Notes

[1Notez que le mot n’est joli que pour les langues différentes de l’anglais, en effet celui-ci signifie tout bonnement dans la langue de Shakespeare "cinématographique".

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)