Accueil > Musique > 2007 > Von Südenfed - Tromatic Reflexxions

Von Südenfed - Tromatic Reflexxions

vendredi 16 novembre 2007, par Paulo

Service psychiatrie svp


La première fois que j’ai goûté un tiramisu speculoos, je me suis demandé niveau sensation ce qui venait du tiramisu et ce qui venait du Speculoos. Et bien Von Südenfed et ce Tromatic Reflexxions, c’est un peu pareil, puisque ça rassemble les Mouse On Mars à Mark E. Smith de The Fall. Vous voyez ? Non peut-être...

Donc, premièrement, nous avons les Mouse on Mars, un duo Allemand (Jan St. Werner et Andi Toma) qui pratique la musique électronique depuis un petit temps déjà (1993) et qui a pu évolué dans l’expérimentalité avec toutes les phases de la scène électronique en parallèle à des Aphex Twin et Boards In Canada pour aboutir à une sorte de Frankenstein electro, ambient, post-rock, IDM, braindance pas si brain que ça... de la post electro dira-t-on. Pour les avoir entendu au Pukkelpop en remplacement d’eux-même et de Mark E. Smith... de Von Sudenfed donc, c’est un vrai régal de sons.

Ensuite, Mark E. smith est un personnage atypique à la dégaine d’un houellebecq gainsbourré qui a éclos dans le meilleur des années 80, chanteur de The Fall, père d’un style de chant au phrasé percutant et désinvolte, capable d’inciter un batteur à chanter (à savoir James Murphy de LCD soundsystem).

2+1= Von Südenfed - Résultat :
d’un abord un peu difficile, les cris poussés par Mark E. Smith sur certains des titres demande une certaine adaptation (interdit par contre d’écouter ça en présence de votre mère, c’est l’internement qui vous attend). Mais bonheur, une fois passé ce cap, on criera au génie (ou au psychiatre).
La musique c’est le côté dansant et "accessible" des Mouse on Mars,
du son technologique et puissant pour une bonne partie de l’album. sur la fin, on passe à de la musique concrète avec l’enregistrement d’une tondeuse de jardin, même si ce son n’est pas des plus sexy, il donne l’idée des grands espaces et donne de l’air sur cette plaque un nanopoil futuriste. On prend finalement la porte de sortie avec une chanson esprit velvet underground assez sympa.

Dans l’ensemble, un album réjouissant par son innovation. Le seul reproche à faire serait sur la construction de l’album qui se focalise sur des titres "durs" pour finir sur des expériences de musiques plus concrètes. On se dit alors qu’il y a un potentiel inexploité et qu’un album mélant divers styles aurait pu apporter une narration plus intéressante. espérons que leur projet continue pour voir naitre la plaque du siècle (euh je déborde un peu sans doute)

Toutefois, la découverte de Von Südenfed est tout à fait souhaitée et recommandée, pour les fans de LCD Soundsystem, pour les adeptes d’electro en manque de complexité et pour tous les autres curieux. Pour les fans de musique avant tout, c’est la passerelle idéal pour aborder les travaux de Mouse on Mars et de The Fall.

Allez, écoutez moi ça, ça sera plus parlant.
http://www.myspace.com/vonsudenfed

En vous remerciant, bonsoir.

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)