Accueil > Musique > 2007 > A Place To Bury Strangers - A Place To Bury Strangers

A Place To Bury Strangers - A Place To Bury Strangers

mercredi 19 septembre 2007, par Marc

Cold-wave et détartrant dans une même formule


Parfois, il me vient l’idée incongrue que la musique proposée de nos jours répond à un cahier de charges, que chacun essaie de créer une formule personnelle à base d’éléments existants, à la manière d’un laborantin. Il est donc heureux que de temps en temps on tombe sur des gens dont l’ambition est de faire exploser le labo.

Mais pour innover un tant soit peu, il faut du nouveau matériel. C’est exactement le cas d’Olivier Ackerman qui non seulement construit ses pédales d’effets lui-même mais fournit des groupes aussi divers que Wilco, Spoon ou Tv On The Radio, autant dire une bonne partie de la première division. Mais en marge de ces créations, il essaie de voir quels sont les sons les plus invraisemblables qu’on puisse sortir d’une planche à six cordes. Ce sont ces sons qui sont l’ingrédient original de ce groupe.

Allez-vous aimer ça ? Vous ne serez pas long à le savoir. Après 6 secondes de rythmique robotique, une première giclée de noise bien sale déboule. Puis le chant en retrait, pas sépulcral comme on aurait pu le craindre. Ce n’est pas la mise dans le bain la plus progressive mais vous serez énervés ou interloqués selon le cas. Dans le second cas, votre curiosité risque bien d’être récompensée. A Place To Bury Strangers est un peu come Joy Division : ils ne feront aucune concession au plaisir d’écoute, aucune courbette pour élargir leur public. C’est justement ce caractère extrême qui me plait chez eux. Cette façon de partir d’influences cold pour pousser le feedback et la distorsion dans ses derniers retranchements. Le chant reste très calme, joli presque, ce ne sont en rien des éructations. Ce n’est en rien du métal, ni même de l’indus même si certaines rythmiques rappelleront Ministry à certains.

La suite de l’album ne poursuit pas le premier morceau dans la violence et propose un cocktail personnel dans la même veine mais plus accessible. Le moins qu’on puisse écrire est qu’ils maitrisent très bien la caresse et la claque. Sur le morceau Don’t Think Lover par exemple on a une dualité dream-pop vaporeuse et détartrage auditif. Alternativement bien heureusement. Mais parfois c’est en même temps, ce qui donne l’impression que la bande est tombée dans une bétonneuse ou que My Bloody Valentine est à Francorchamps (My Weakness). Le son de basse est occasionnellement à chercher du côté de The Cure (She Dies). Mais quand le mur de guitare se dresse, il est construit dans le feedback le plus ultime. C’est du feedback distordu, pas de riff métal, pas même des murs de guitare. Tout est géré par la puissance des effets.

Pas toujours follement renversants dans leurs morceaux qui sont tout de même d’une bonne tenue sans quoi ce serait juste une expérience, c’est leur traitement qui retient l’attention. Mais si on gratte un peu, il y a d’authentiques réussites mélodiques comme I Lived My Life To Stand In The Shadow Of Your Heart. Bon, imaginez que The Organ ait eu à subir les derniers outrages d’une bande de shoegazers déchaînés. Eh bien c’est une réussite du genre figurez-vous, même si l’impression de se décrasser les oreilles au papier de verre m’effleure un instant. Mais ce n’est pas péjoratif tant il est réjouissant parfois de tomber sur un OJNI (Objet Jouant Non Identifié).

Et quand un morceau se fait plus calme dans le tempo, on le noie dans un déluge et une distorsion qui induit presque un certain malaise. The Falling Sun pourrait à cet égard être la version intransigeante de balades crépusculaires de Sisters Of Mercy de la période First And Last And Always. C’est donc une pure sensation qui s’en dégage avant de revenir plus au calme. C’est cette incursion de l’autre côté du miroir du son qui fait le sel d’A Place To Bury Strangers

Pour les auditeurs qui ont vécu les années ’80 et ’90, rien de révolutionnaire dans les composantes n’est à signaler. Sauf que le jusqu’auboutisme de la démarche et les sons hallucinants peuvent emporter l’adhésion. On sent passer les New-Yorkais et c’est ça qui fait du bien.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)