Accueil > Critiques > 2007

José González - In Our Nature

mercredi 26 septembre 2007, par marc

On prend le même et on recommence


Faire du neuf avec de l’éprouvé, voilà sans doute une des volontés de José González au moment de sortir son premier album Veneer. On a tout de suite repéré une parenté évidente avec le Nick Drake de Pink Moon, en plus brut. Et puis, malgré la simplicité de la formule voix et guitare, il y avait ces gimmicks qui dépassaient le simple accompagnement. C’est d’ailleurs ce qui tend à l’éloigner de la pure tradition folk malgré l’impression d’intemporalité qui s’en dégage. A l’instar de ses reprises de styles différents, il est à parier que ses compositions pourraient aussi faire l’objet de traitements a priori pas adaptés. Sur scène, ce Suédois d’adoption, Argentin d’origine est un excellent instrumentiste et se révèle magnétique.

La première impression à l’écoute de cet In Our Nature est qu’il a repris les choses où il les avait laissées sur Veneer. Et rien au long de cet album ne viendra infirmer ce sentiment. Ce n’est pas un reproche loin de là mais par moments la tension retombe, ce qui rend l’écoute moins aride mais moins passionnante que celle de son prédécesseur.

Dans les morceaux de bravoure qui ont fait sa réputation, il y a la reprise tout en finesse et très éloignée de l’original de Heartbeat de The Knife, qui n’avait pas encore l’aura qui est la leur depuis Silent Shout. Cette fois, ce n’est pas sa version pourtant cotée de Love Will Tear Us Apart qui a été gravée mais une autre, qui fait partie de ses concerts depuis longtemps. Il s’agit de Teardrop de Massive Attack, Et c’est culotté. En effet, la version originale repose sur l’ambiance installée par des instruments électroniques et la voix de Liz Fraser. Donc, vouloir le reproduire tout seul à la guitare, c’est un peu chercher les ennuis. Mais l’homme est coutumier de ce type de challenge et s’en sort remarquablement bien. Ce morceau est sans conteste un des hauts faits de cet In Our Nature. Tant qu’on est sur le sujet, il faut aussi souligner Cycling Trivialities qui clôture cet album de fort belle façon. C’est quand il pousse son style vers plus d’intensité qu’il donne la pleine mesure de son talent. On le constate moins cependant ici que sur le précédent, plus sec, qu’on conseillera donc en priorité au néophyte.

Autant le dire tout de go, si je ne me suis jamais ennuyé au long de l’écoute de cet album, peu de moments ont particulièrement retenu mon attention. Ce qui n’avait pas été le cas sur le premier mais une raison est sans doute que l’effet de surprise est éventé. José González fait donc du José González . Si Veneer vous a séduits, ce Veneer II appelé pourtant In Our Nature va vous voir replonger sans souci.

On ne change pas une formule qui gagne semble être le slogan qui a prévalu lors de la conception du second album de José González . Très semblable à son prédécesseur qui l’avait révélé, il va contenter ses nombreux fans mais risque de laisser sur leur faim ceux qui espéraient au moins un peu de variété. Il y a néanmoins quelques meilleurs moments qui pourront mettre tout le monde d’accord.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)