Accueil > Musique > 2007 > Apparat - Walls

Apparat - Walls

vendredi 28 septembre 2007, par Marc

Le silence est d’or


Si j’écoute de la musique électronique avec une certaine assiduité, profitant des conseils glanés chez d’éclairés connaisseurs, j’ai toujours considéré que j’y connais trop peu pour bien en parler. Apparat nous avait vraiment soufflés, un jour où un peu par hasard on était allé le voir au Beurschouwburg. Sa prestation et sa disponibilité étaient en effet très séduisantes. Si on ajoute qu’il était en partie derrière l’album Orchestea Of Bubbles de sa comparse Ellen Alien, la curiosité était légitime. Il faut bien le dire, l’album a trainé sur mon ipod pendant plusieurs mois, avant même que je ne jette une oreille dessus. Il faut croire que son heure est venue, c’est tout.

Apparat capte l’attention dès les premières minutes de Not A Number. Toute la panoplie y passe ou presque : arrangement de cordes (synthétiques), mélodie accrocheuse à base de cloches, montée en intensité, la maîtrise semble presque absolue. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ? C’est à ce moment qu’intervient la voix.

Il faut être prudent quand on introduit des voix dans la musique qui fait blip. On tombe vite dans le syndrome diva dance, le piège rédhibitoire. Les solutions sont éprouvées depuis longtemps : vocodeur kitsch (Daft Punk), distorsion extrême (The Knife), chant désincarné (Miss Kittin) ou encore lignes floues et sous-mixées (Underworld). Tout ça pour dire que ce sont les moments où Sasha (son prénom dans la vraie vie) se fait entendre qui me séduisent moins sur cet album. Ce n’est pas indigne, loin de là mais c’est un peu trop lisse par rapport à la force de la musique comme sur Headup. De plus, on s’y habitue relativement vite. Mais pour atteindre les sommets auquel il peut légitimement prétendre, il lui faudra sans doute étoffer son carnet d’adresse de vocalistes. On se prend à rêver par exemple d’une Hope Sandoval posant sa voix là-dessus.

J’ai déjà parlé de l’état de nervosité dans lequel me plonge l’électro lente. C’est pourquoi les albums de Junior Boys et Royksopp m’ont tant irrité malgré leurs qualités musicales. Il vaut mieux une musique d’ambiance bien faite et assumée que de la dance molle folasse. C’est une réflexion purement personnelle, à vous de voir où vous vous situez. Ici par contre, je cède de façon inconditionnelle

A l’heure ou certains effectuent un virage vers le tout rythmique (écoutez le faux mix de Ricardo Villalobos sur le Fabric 36 si vous aimez les expériences borderline), Apparat se fait plus soyeux. Par exemple, You Don’t Know Me donnerait presque envie de réaliser des films pour l’illustrer. Les violons synthétiques ne sont pourtant pas ce qu’on fait de mieux pour susciter une ambiance. Qu’à cela ne tienne, ceux d’Useless Information sont impeccables et ce morceau est une preuve de sa subtilité. A l’heure où Massive Attack va nous revenir sans qu’on en attende grand-chose suite à leur 100th Window pas passionnant, la relève est sans doute déjà prête. Certains morceaux prouvent en tous cas qu’il est moins sucré qu’un Craig Armstrong dans les arrangements. Il est souvent vain d’opposer des groupes mais ici, c’est un peu la meilleure évolution qu’aurait pu accomplir le duo de Bristol. Une fois qu’on a ce groupe historique en tête, l’analogie fonctionne pour une partie de ce disque. Mais pas entièrement, la part d’électronique étant plus importante et le groove moins présent.

Donc, en résumé, la version karaoké ou instrumentale serait un de mes albums de l’année mais trop souvent, sa voix en fausset m’empêche de pleinement apprécier certaines des plages de ce Walls de haute volée. Les instrumentaux sont par contre parmi les plus forts du genre. Tout le monde à de toute façon intérêt à se frotter à ce désormais grand nom de la musique tout court.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membres de Chausse Trappe et de Papier Tigre) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. Avec une (...)

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)