Accueil > Critiques > 2007

Susanna - Sonata Mix Dwarf Cosmos

mercredi 14 novembre 2007, par marc

La Lenteur (roman connu)


On est souvent content d’être surpris, mais la sécurité nous sied aussi. Qu’ai-je trouvé dans cet album de Susanna ? Exactement ce qu’on est en droit d’en attendre. Moi qui l’avais découverte avec Melody Mountain, son second album entièrement composé de reprises, je retrouve intact un univers qui m’avait séduit.

Si ce n’est plus un album de Susanna And The Magical Orchestra mais Susanna tout court, l’orchestre en question (Morten Qvenild tout seul en fait) est toujours derrière elle. Donc rien ne change vraiment. Ou plutôt si, les compositions étant originales ici. On n’a donc plus l’enjeu de la relecture ni le support de morceaux connus. Que reste-t-il dès lors ? Une voix, froide mais humaine, ne tombant jamais dans le pathos mais toujours proche. Derrière, c’est toujours aussi nu. Un clavier et une basse la plupart du temps et pas de percussion à l’horizon. Dans cette optique, Better Days et sa guitare électrique (pas dans les zones bruyantes de l’ampli bien entendu) fait presque figure de morceau remuant.

Pour le reste, il faut juste espérer que votre tempérament s’accommode de musique statique, comme arrêtée. Car il faut plusieurs écoutes pour que les morceaux commencent à se distinguer les uns des autres. Les mélodies sont toujours là, certes, mais il faut les apprivoiser. Vous pourrez alors profiter pleinement de Born in the Desert, Stay ou Hangout. Hyperactifs, impatients, mélancoliques des dimanches après-midi solitaires, passez votre chemin. Mais que les gens comme moi qui ne supportent pas les roucoulades jazz lentes se rassurent, c’est plus sec et digne ici.

Il y a indéniablement une lignée de chanteuses nordiques spleenesques comme El Perro Del Mar ou Frida Hyvönen, puisque Susanna Wallumrød est Norvégienne. Il doit se passer quelque chose par là-bas. C’est fatalement le systématisme du procédé qui est la limite de cet album. Ce qui fait qu’au-delà de quelques morceaux l’intérêt tombe un peu. A vous donc de le savourer plutôt par petites doses.

A vous de voir si une musique très dénudée peut vous plaire. Mais les qualités d’écriture et la très bluffante classe de cette orchestration limitée à sa plus simple expression peuvent remporter votre adhésion comme elle a emporté la mienne.

    Article Ecrit par marc

P.-S.

Si vous voulez voir et entendre ce que ça peut donner j’ai posté deux extraits sur radiolibre

Répondre à cet article

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)