Accueil > Musique > Concerts > 65 days of static, Apse , Liars, Ancienne Belgique, 01/11/2007

65 days of static, Apse , Liars, Ancienne Belgique, 01/11/2007

samedi 3 novembre 2007, par Fred, Marc

La volonté de puissance


Il est des façons plus agréables que d’autres de passer la Toussaint (période de l’année cafardeuse par définition). Un mini-festival par exemple. Au vu de l’affiche, qui proposait Liars, Apse et 65 Days of Static, on ne courrait que peu de risque de regretter les chrysanthèmes de toute façon.

En arrivant à 18h, on ne se doutait quand même pas que le concert de Liars avait commencé. Dans son costume blanc, Angus Andrew a une vague ressemblance avec Nick Cave. Bien entendu, on ne s’imagine pas le ténébreux Australien faire un footing autour de la scène ou prendre des postures de poulet. Car c’est ça aussi Liars sur scène, un spectacle qui rend mieux que les albums la folie de la démarche. L’écoute des cd nous fait en effet passer de l’émerveillement à la nervosité avec une certaine constance. S’ils sont moins déchainés qu’au Pukkelpop, c’est une bonne prestation auquel on a droit, nous faisant penser par moments à la fièvre des Stooges, ou, justement, aux moments les plus torturés du début de la carrière de Nick Cave. Le jeu de scène, le contact avec le public et certainsdes morceau du dernier album nous ont également fait penser à Beck.

Apse aussi avait convaincu au Pukkelpop. Leur post-rock fiévreux avait fait mouche. Il le fera encore ici, mais dans une moindre mesure. C’est qu’Apse alterne le passionnant et le plus anodin. Quand ils créent une tension, sur des murs de guitare inspirés, on passe un tout bon moment. A l’inverse, il y a des moments plus convenus qui déforcent le tout.
De plus la balance variable entre les morceaux rendait très proche l’overdose de basse sur certains morceaux. Et puis il y a ce chant rigoureusement inutile, voire énervant quand il singe Thom Yorke.
Mais ne vous y trompez pas, sur le court set, les instants de pure intensité ne sont pas rares et le constat final est plutôt positif. De plus, ils sont parfaitement à leur place entre les deux autres groupes du soir. On dit deux parce qu’on n’en a vu que deux autres, alors que ce sont bien six groupes qui étaient proposés ce soir. Mais faute d’avoir pu se placer en ordre utile à l’AB Box situé au-dessus, nous avons décliné.

C’est la troisième fois que je vois 65 Days Of Static. Donc l’effet de surprise est largement éventé. Qu’à cela ne tienne, c’est encore un soufflet sur le coin de la face auquel on a eu droit. C’est que les conditions d’écoute impeccables de l’Ancienne Belgique, un album tout en puissance, une belle assurance et un abattage phénoménal rendent l’expérience digne d’être vécue plusieurs fois. Et ici encore, nous en avons pris plein les oreilles. Mais également plein les yeux, les membres du groupe ne ménageant pas leurs efforts et ne cachant pas leur plaisir. Jouer sur des boucles électroniques peut parraître une solution de facilité mais impose une discipline qui force le respect. Car le moindre faute est interdite au quatuor, la machine, c’est bien connu, restant imperturbable.
Là où ça devient encore plus bleuffant, c’est quand le groupe ouvre son set par un symphonie pour machines suivie de 4 de ces morceaux liés par des breaks electros. Plus de 15 minutes de bonheur non stop ne tolérant aucune perte de temps (pour les changements de matériel) et ni temps (dans le morceaux)...
La puissance de feu de 65 Days of Static se situe à l’extrémité de mes goûts musicaux, aux confins de cette dureté indispensable parfois. Car ils manient la caresse et la claque avec une science rare. Parler de ce groupe passe inévitablement par un commentaire admiratif concernant le batteur. C’est sans doute le manieur de baguettes le plus impressionnant de la scène actuelle. Véritable poulpe, il se charge d’emplir de vigueur les compositions très saignantes du quatuor. Des morceaux comme Radio Protector sont toujours aussi spectaculaires. On a beau en connaître tous les recoins, on replonge à chaque fois. Et ce n’est pas le renfort du batteur de Youthmovies (un des groupes à l’affiche de Box) qui va ternir le tableau. Puis, étrangement, le tout dégénère en rave improvisée, le temps de libérer un peu de tension. Et puis le rock reprend un peu ses droits. Et on prend une droite.
Vous avez compris, 65 Days of Static progresse encore et a empêché tout le fervent public de regretter ses « potées ».


Liars


Apse


Apse


65 days of static

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)