Accueil > Critiques > 2007

Supermayer - Save The World

mardi 20 novembre 2007, par marc, Seb

Passe-moi le shaker


Une sortie du label Kompact attise la curiosité, surtout lorsqu’elle réunit deux poids lourds : Superpitcher et Michael Mayer. Mais ce n’est pas pour ça qu’on doit automatiquement tomber en pâmoison. Cette collaboration sera-elle suffisante pour sauver le monde ?

Si rien n’est suffisamment anodin pour être catégorisé lounge, le seul point commun est la capacité de tout l’album à être écouté allongé ou debout, un verre à la main sans risque de renverser à cause des trépidations. On attendait plus d’une sortie de ce label que cet electro qui est la musique de bord de dancefloor, un peu trop agitée parfois pour qu’on reste assis, trop calme toujours pour qu’on y transpire. Alors quoi ? On va au bar ?

Le tout est varié et donne l’impression d’écouter une compilation. Certains morceaux (Us and Them, Please Sunrise, The Art of Letting Go) errent sans jamais prendre de direction précise malgré leur longueur. Ca manque aussi parfois d’enjeu qui viendrait donner un sens au bon son (Saturndays). L’album est ponctué d’interludes fortement axés sur l’expérimentation d’effets. Est-ce bien nécessaire ? Seul Two of us trouvera la voie du dancefloor avec une progression bien sentie qui nous rappelle enfin leurs racines. C’est le minimum syndical que l’on pouvait demander, même s’ils sont manifestement en roue libre.

C’est que le mélange des genres peut surprendre, quand on est face à un genre de funk emprunté à un Tom Vek en moins nonchalant et au son clair (The Art of Letting Go), la répétition rébarbative en sus. Ou alors qu’on rencontre des moments mélodiques inattendus qu’on aurait mieux compris dans le chef de Gruff Rhys (The Lonesome King). Mais encore une fois, amputer la chanson d’une partie de sa longueur n’aurait pas nui à son efficacité. Au rayon des curiosités musicales, le bien nommé Cocktail For Two comprend un riff que j’imagine emprunté à l’excellent Safeway Cart de Neil Young.

Légère et facile à digérer, la recette de la récréation des deux comparses manque cruellement de substance pour passionner. Un album anecdotique ? On voit que vous avez suivi.


Répondre à cet article

1 Message

  • Supermayer - Save The World 21 novembre 2007 10:18, par Paulo

    j’avais entendu Raphael Charlier présenter cela, ça paraissait intéressant... et du kompact, tout juste pour vous deux...
    sinon j’aime bien ce que fait Michael Mayer, légèrement kitsch sans déborder.

    repondre message

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)