Accueil > Musique > Concerts > The National, Ancienne Belgique, 12/11/2007

The National, Ancienne Belgique, 12/11/2007

mardi 13 novembre 2007, par Marc

Juste très bien


Et la revue des groupes qui ont commis des albums essentiels en 2007 continue. l’étape du jour était The National, dont j’ai déjà dit tout le bien que je pensais de leur dernier Boxers.

Passons rapidement sur Hayden en première partie. Sans doute un peu à cause du brouhaha du public incapable d’écouter un chanteur dans une salle de concert, sans doute à cause du concept seul en scène qui ne capte pas l’attention, sans doute à cause de compositions anodines qui ne seront jamais en tête d’affiche, la sauce ne prend pas. Triste.

Après une très bonne prestation il y a deux ans au Botanique et deux très bons albums, l’attente est assez grande. Et dès la mise à feu, on sait qu’ils sont en forme. Le son est bon sans être exceptionnel (ce n’est pas le Bota) et les morceaux s’enchaînent avec une belle maîtrise. Ce sont les guitares quiènent la danse, même si la voix de Matt Berninger fait toujours merveille, profnde et chaude, de la trempe, disons, de Léonard Cohen ou Stuart Staples. On doit aussi ajouer le travail tout en subtilité du batteur et le violin souvent judicieux. C’est une section de cuivre bruxelloise qui vient en renfort sur certains morceaux comme Ada, Racing Like A Pro et surtout Fake Empire, une des pièces maitresses de Boxer. Je m’en voudrais de ne pas souligner le plaisir que j’ai eu à retrouver Daughters Of The Soho Riots ou l’impeccable rappel constitué de Green Gloves, Mr November, l’inédit You’ve Done It Again, Virginia (qui avait déjà eu les honneurs de la session acoustique de radiolibre.be) et je pense Cherry Tree en clôture, haut la main meilleur morceau de la soirée.

Alors, quoi ? J’ai déjà été frappé de la diversité des réactions face à un concert. Alors que plusieurs écoutes d’un album permettent d’affiner un jugement, les réactions ’à chaud’ peuvent complètement diverger. N’y allons pas par quatre chemins, j’ai un léger (très léger même) goût de trop peu. Manque de concentration ? Sans doute, les conditions d’écoute sont primordiales en effet. Mais je vais voir des concerts non pas pour passer un bon moment, mais me faire un peu retourner. Cette année, je me suis déjà fait mettre sur le toit par Joy Wants Eternity, Tapes ’n Tapes, Snowden, Spoon, Patrick Wolf, Editors, Menomena, Animal Collective ou autres Arcade Fire (super année quand j’y repense...). Le concert de ce lundi rentre sans problème dans la catégorie des très bons. Mais l’uniformité de Boxers nuit un peu. Certes, on arrive à distinguer tous les morceaux, le nombre impressionnant des écoutes aidant, mais la mèche n’est allumée que trop rarement. Je m’en veux un peu de réagir ainsi, l’album trônera sans doute haut dans mes classements de 2007 mais je vous devais cette franchise.

En résumé, un tout bon concert que j’ai vécu moins intensément que d’autres. Un live est une expérience foncièrement individuelle et ce fut un excellement moment. Sans plus ? C’est tout le paradoxe...

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • The National, Ancienne Belgique, 12/11/2007 13 novembre 2007 13:10, par bousval

    Je te rejoins dans ce beau compte rendu. Un très bon concert, une très grande maîtrise dans l’interprétation. Des morceaux qui vont de très bons à magnifiques. Seul bémol : le manque de relief, l’uniformité de l’ensemble. Aussi paradoxal que cela peut paraître, surtout pour un groupe comme The National, je me demande si je ne les ai pas préféré par moment à Dour...

    repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)