Accueil > Musique > 2007 > Les Savy Fav - Let’s Stay Friends

Les Savy Fav - Let’s Stay Friends

mardi 18 décembre 2007, par Marc

L’avenir est au composite


La moindre des choses qu’on exige d’un album, c’est qu’il fasse du bien par où il passe (typiquement les oreilles). C’est partant de cette simple constatation qu’on va essayer de déterminer ensemble pourquoi le quatrième album des New-Yorkais de Les Savy Fav correspond à ce cahier des charges.

Le morceau d’entrée est comme il se doit assez engageant. Avec un riff un peu en retrait est assez efficace et une voix légèrement décalée, le décor est planté. Comme pour expliquer qu’on est dans l’indie, pas dans cette soupe pour ado qu’est devenu maintenant l’alternatif. Il n’y a pas que la musique complexe d’abord qui nécessite une écoute répétée et approfondie. Spoon étant un exemple récent de cette assertion et celui-ci est encore un exemple de groupe à plusieurs niveaux d’écoute. Mais c’est dans la variété et dans la maîtrise dont ils font montre pour l’apprivoiser que ce Let’s Stay Friends marque le plus de points.

Par exemple, Kiss Kiss Is Getting Old et sa voix féminine font clairement penser aux vétérans de Sonic Youth, les sons de guitare déconstruits étant là parfaitement raccord. Mais comme chez les indispensables New-Yorkais, ils savent un peu rentrer leurs griffes. C’est en tous cas une référence qui traverse l’album en filigrane, en arrière-plan, pour enrichir ces petites pièces pas si pop que ça. On a aussi une incursion dans Angleterre des Bloc Party et Rakes pour The Year Before 2000 ou What Wolves Would Do qui a en outre l’aspect ensoleillé de Mercury Rev. Rien que ça. On ira même jusqu’à l’axe Tom VekBeck sur Brace Yourself, voire un Modest Mouse en période de repos. Mais il y a aussi des morceaux plus incisifs. The Equestrian, Rage In The Plague Age ou Slugs In The Shrubs sont donc plus rentre-dedans et je ne vous cacherai pas longtemps que c’est un peu trop pour moi. Je sais ce qu’on dit hein « Si ça va trop fort et trop vite, c’est que vous êtes trop vieux ». J’assume. C’est le côté Seattle années ’90 qui est présenté ici et il faut reconnaître que quand ils vrombissent ils ne se départissent pas de leur savoir-faire. C’est comme synthèse cohérente de plusieurs courants alternatifs américains qu’ils se présentent et c’est à ce titre qu’il est si varié et agréable. Les morceaux de transition prennent alors toute leur importance (Comes & Goes)

L’alternance de morceaux parfois casse-oreilles pour mes aspirations et de pièces plus subtilement emmenés fait mouche pour la diversité. Sans fioritures (la durée moyenne doit se situer dans les trois minutes), suffisamment varié pour que la nervosité ne soit pas un frein au plaisir, Les Savy Fav nous livre un album riche qui ne pourra pâtir que de l’absence d’un titre plus fort que le reste.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)