Accueil > Musique > 2007 > Les Savy Fav - Let’s Stay Friends

Les Savy Fav - Let’s Stay Friends

mardi 18 décembre 2007, par Marc

L’avenir est au composite


La moindre des choses qu’on exige d’un album, c’est qu’il fasse du bien par où il passe (typiquement les oreilles). C’est partant de cette simple constatation qu’on va essayer de déterminer ensemble pourquoi le quatrième album des New-Yorkais de Les Savy Fav correspond à ce cahier des charges.

Le morceau d’entrée est comme il se doit assez engageant. Avec un riff un peu en retrait est assez efficace et une voix légèrement décalée, le décor est planté. Comme pour expliquer qu’on est dans l’indie, pas dans cette soupe pour ado qu’est devenu maintenant l’alternatif. Il n’y a pas que la musique complexe d’abord qui nécessite une écoute répétée et approfondie. Spoon étant un exemple récent de cette assertion et celui-ci est encore un exemple de groupe à plusieurs niveaux d’écoute. Mais c’est dans la variété et dans la maîtrise dont ils font montre pour l’apprivoiser que ce Let’s Stay Friends marque le plus de points.

Par exemple, Kiss Kiss Is Getting Old et sa voix féminine font clairement penser aux vétérans de Sonic Youth, les sons de guitare déconstruits étant là parfaitement raccord. Mais comme chez les indispensables New-Yorkais, ils savent un peu rentrer leurs griffes. C’est en tous cas une référence qui traverse l’album en filigrane, en arrière-plan, pour enrichir ces petites pièces pas si pop que ça. On a aussi une incursion dans Angleterre des Bloc Party et Rakes pour The Year Before 2000 ou What Wolves Would Do qui a en outre l’aspect ensoleillé de Mercury Rev. Rien que ça. On ira même jusqu’à l’axe Tom VekBeck sur Brace Yourself, voire un Modest Mouse en période de repos. Mais il y a aussi des morceaux plus incisifs. The Equestrian, Rage In The Plague Age ou Slugs In The Shrubs sont donc plus rentre-dedans et je ne vous cacherai pas longtemps que c’est un peu trop pour moi. Je sais ce qu’on dit hein « Si ça va trop fort et trop vite, c’est que vous êtes trop vieux ». J’assume. C’est le côté Seattle années ’90 qui est présenté ici et il faut reconnaître que quand ils vrombissent ils ne se départissent pas de leur savoir-faire. C’est comme synthèse cohérente de plusieurs courants alternatifs américains qu’ils se présentent et c’est à ce titre qu’il est si varié et agréable. Les morceaux de transition prennent alors toute leur importance (Comes & Goes)

L’alternance de morceaux parfois casse-oreilles pour mes aspirations et de pièces plus subtilement emmenés fait mouche pour la diversité. Sans fioritures (la durée moyenne doit se situer dans les trois minutes), suffisamment varié pour que la nervosité ne soit pas un frein au plaisir, Les Savy Fav nous livre un album riche qui ne pourra pâtir que de l’absence d’un titre plus fort que le reste.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)