Accueil > Musique > 2007 > Bodies Of Water - Ears Will Pop & Eyes Will Blink

Bodies Of Water - Ears Will Pop & Eyes Will Blink

jeudi 29 novembre 2007, par Marc

Hippie hourra


Peut-être que je suis trop influençable. Quand je lis l’enthousiasme de Pitchfork et de Diskatibo, ma curiosité est piquée en tout cas. Et la piqûre se fait encore ressentir.

Entrons dans le vif du sujet. La famille musicale de Bodies Of Water est assez facile à cerner. On pense parfois qu’ils sont le chaînon manquant entre Arcade Fire et I’m From Barcelona, ça sonne un peu comme si The Decemberists avaient formé une chorale ou si My Latest Novel avait rejoint une communauté Hippie. C’est que les gusses proviennent de Californie, qui n’a pas pour habitude de nous bombarder de productions de ce style qui fleurissent plutôt du côté de Montréal ou Toronto. Si vous vous reconnaissez comme amateur des groupes ci-dessus et si la modestie et l’intimité ne sont pas des ingrédients incontournables pour la réussite d’un album, vous pouvez pratiquement faire l’économie de la lecture de ce qui suit et vous mettre en chasse de cet Ears Will Pop and Eyes Will Blink. Pour les plus patients, je vais préciser ma pensée.

Quel est l’ingrédient de base de ces joyeux drilles ? Les voix. Le line-up a beau ne mentionner que quatre personnes, l’impression de beaucoup plus est manifeste dès les premières notes. C’est ce qui leur donne ce souffle, cette ambition. Si un concours eurovision des groupes indie était organisé, on les verrait bien comme lauréats. Ne vous y trompez pas, pas la moindre trace de sucre ici, mais la certitude de renverser tout sur son passage à coups d’hymnes est manifeste. Pour appuyer une ambition pareille, il faut de grands morceaux. Et, coup de bol, il y en a un paquet sur ce premier album. Les compositions s’étirent, prennent leurs aises, s’amplifient à coups de hoho (le très dense It Moves), varient à l’infini (These Are The Eyes). Si l’impression d’un Arcade Fire entièrement fait à la bouche étreint parfois, il y a quand même des orchestrations, un violon, voire un solo de temps en temps, le temps de prendre une pastille à la menthe sans doute. Mais pas de démonstration, juste le souci de cohérence.

Les morceaux sont destinés à être interprétés tels quels, on sent derrière chaque note la volonté d’emphase qui participe à la composition même. Certaines harmonies vocales sont même très réussies. Une fois encore, quand le morceau ne repose que sur ça c’est moins bien (We Are Co-Existors).

L’intensité pure est bien présente et les moyens de leurs ambitions sont bien en place, mais le potentiel d’émotion n’est quand même pas identique au name-dropping de coups de cœur du second paragraphe. Ce n’est pas un tort croyez-le bien mais le registre est plus léger, pas plombé pour un sou. Il suffit juste d’être d’attaque pour une séance de chant de groupe. C’est qu’en de rares occasions, ils se laissent emporter par leur enthousiasme et le clavier qui ponctue Doves Circled The Sky semble emprunté à Abba qui ne constitue pas exactement la référence que je dégaine le plus. Mais ce sont des chansons ou ‘il se passe quelque chose’ selon la floue terminologie. L’ennui est donc banni et ce n’est pas le moindre mérite de cette joyeuse bande qu’on brûle de voir en direct.

La voix de la chanteuse peut même se montrer plus fragile (I Forget The Sound, I Guess I Guess) mais les chœurs veillent au grain pour l’accompagner. La connivence s’installe de toute façon assez vite et la facilité mélodique aide grandement. Disponible seulement en ligne ou aux concerts pour le moment, cet album va bénéficier d’une sortie mondiale via le label Secret Canadian (Antony And The Johnsons, I Love You But I’ve Chosen Darkness, Frida Hyvönen, Jens Lekman,…) le 22 janvier. La déferlante de cette plaque vraiment galvanisante arrive, on vous aura prévenus…

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)