Accueil > Musique > 2007 > Bodies Of Water - Ears Will Pop & Eyes Will Blink

Bodies Of Water - Ears Will Pop & Eyes Will Blink

jeudi 29 novembre 2007, par Marc

Hippie hourra


Peut-être que je suis trop influençable. Quand je lis l’enthousiasme de Pitchfork et de Diskatibo, ma curiosité est piquée en tout cas. Et la piqûre se fait encore ressentir.

Entrons dans le vif du sujet. La famille musicale de Bodies Of Water est assez facile à cerner. On pense parfois qu’ils sont le chaînon manquant entre Arcade Fire et I’m From Barcelona, ça sonne un peu comme si The Decemberists avaient formé une chorale ou si My Latest Novel avait rejoint une communauté Hippie. C’est que les gusses proviennent de Californie, qui n’a pas pour habitude de nous bombarder de productions de ce style qui fleurissent plutôt du côté de Montréal ou Toronto. Si vous vous reconnaissez comme amateur des groupes ci-dessus et si la modestie et l’intimité ne sont pas des ingrédients incontournables pour la réussite d’un album, vous pouvez pratiquement faire l’économie de la lecture de ce qui suit et vous mettre en chasse de cet Ears Will Pop and Eyes Will Blink. Pour les plus patients, je vais préciser ma pensée.

Quel est l’ingrédient de base de ces joyeux drilles ? Les voix. Le line-up a beau ne mentionner que quatre personnes, l’impression de beaucoup plus est manifeste dès les premières notes. C’est ce qui leur donne ce souffle, cette ambition. Si un concours eurovision des groupes indie était organisé, on les verrait bien comme lauréats. Ne vous y trompez pas, pas la moindre trace de sucre ici, mais la certitude de renverser tout sur son passage à coups d’hymnes est manifeste. Pour appuyer une ambition pareille, il faut de grands morceaux. Et, coup de bol, il y en a un paquet sur ce premier album. Les compositions s’étirent, prennent leurs aises, s’amplifient à coups de hoho (le très dense It Moves), varient à l’infini (These Are The Eyes). Si l’impression d’un Arcade Fire entièrement fait à la bouche étreint parfois, il y a quand même des orchestrations, un violon, voire un solo de temps en temps, le temps de prendre une pastille à la menthe sans doute. Mais pas de démonstration, juste le souci de cohérence.

Les morceaux sont destinés à être interprétés tels quels, on sent derrière chaque note la volonté d’emphase qui participe à la composition même. Certaines harmonies vocales sont même très réussies. Une fois encore, quand le morceau ne repose que sur ça c’est moins bien (We Are Co-Existors).

L’intensité pure est bien présente et les moyens de leurs ambitions sont bien en place, mais le potentiel d’émotion n’est quand même pas identique au name-dropping de coups de cœur du second paragraphe. Ce n’est pas un tort croyez-le bien mais le registre est plus léger, pas plombé pour un sou. Il suffit juste d’être d’attaque pour une séance de chant de groupe. C’est qu’en de rares occasions, ils se laissent emporter par leur enthousiasme et le clavier qui ponctue Doves Circled The Sky semble emprunté à Abba qui ne constitue pas exactement la référence que je dégaine le plus. Mais ce sont des chansons ou ‘il se passe quelque chose’ selon la floue terminologie. L’ennui est donc banni et ce n’est pas le moindre mérite de cette joyeuse bande qu’on brûle de voir en direct.

La voix de la chanteuse peut même se montrer plus fragile (I Forget The Sound, I Guess I Guess) mais les chœurs veillent au grain pour l’accompagner. La connivence s’installe de toute façon assez vite et la facilité mélodique aide grandement. Disponible seulement en ligne ou aux concerts pour le moment, cet album va bénéficier d’une sortie mondiale via le label Secret Canadian (Antony And The Johnsons, I Love You But I’ve Chosen Darkness, Frida Hyvönen, Jens Lekman,…) le 22 janvier. La déferlante de cette plaque vraiment galvanisante arrive, on vous aura prévenus…

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)