Accueil > Musique > Concerts > Gravenhurst, Botanique, 19/11/2007

Gravenhurst, Botanique, 19/11/2007

mardi 20 novembre 2007, par Marc

Leçon de guitare moderne


Première constatation, il y avait du monde ce lundi soir au Botanique. Seconde constatation, c’est Black Rebel Motorcycle Club qui en est la raison. Je ne comprends pas les gens Après une Orangerie à moitié remplie il y a deux ans lors des Nuits Botanique, c’est devant une Rotonde Remplie que Gravenhurst a joué.

Pour une fois, je n’aurai pas à dénigrer la première partie puisqu’il n’y en avait pas. On commence directement les choses sérieuses. Ce sont quatre morceaux du récent The Western Lands qui servent d’apéritif. L’album étant plus calme, c’est un échauffement de premier choix. Le velvetien Hourglass étant la première note différente. Mais les choses sérieuses commencent avec Down River et Velvet Cell (issus de Fire In Distant Buildings). Les orages électriques zèbrent alors le ciel qui n’avait été que menaçant. C’est roublard, toujours bien amené, maîtrisé de bout en bout. Car c’est ça un des talents de Gravenhurst, cette capacité à être toujours impeccable quel que soit le niveau de distorsion. L’autre talent étant le sens de la mélodie exceptionnel de Nick Talbot. Car c’est bien le chanteur guitariste qui mène la danse. Avec son look de nerd et une attitude un brin décalée mais dénuée de toute esbroufe, les compositions sont mises en avant. Et, coup de bol, elles sont souvent excellentes. Les parties instrumentales sont nombreuses, à la limite du post-rock parfois, mais sans les trucs et ficelles de ce genre plus abstrait. Car ce sont des chansons ici.

Nick Talbot est finalement un bon exemple de ce qu’est devenu le guitar-hero en 2007. A l’heure où le moindre solo est banni du rock (on ne pleurera pas ces parties de tricot onanistes), l’excellence du jeu se manifeste par une retenue de tous les instants. L’heure et demi du concert a d’ailleurs filé à une vitesse folle, terminant par un rappel d’une simplicité à couper le souffle. Car c’est tout seul qu’il revient, le temps de livrer une version sans bruit de Cities Beneath The Sea, un Nicole et un dernier morceau bluffant. Le tout avec un minimum d’amplification, laissant même filtrer le déclic des appareils des crétins qui ne peuvent même pas respecter ça. Avec l’excellent son de la salle et l’intérêt du public, on a un de ces rares instants suspendus ou le contact avec l’artiste passe par son art.

Gravenhurst fait toujours preuve d’une maitrise absolue de son sujet. Les compositions se trouvent donc mises en avant des concerts forcément impeccables.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Gravenhurst, Botanique, 19/11/2007 20 novembre 2007 16:05, par bousval

    "Je ne comprends pas les gens Après une Orangerie à moitié remplie il y a deux ans lors des Nuits Botanique, c’est devant une Rotonde Remplie que Gravenhurst a joué."

    L’explication tient dans le fait que l’Orangerie est quatre fois plus grande que la Rotonde... C’est mathématique ;-)

    Sinon, pour contenter tout le monde, le concert de Black Rebel était excellent lui aussi (et pourtant il y avait des solos de guitares dedans !).

    repondre message

    • Gravenhurst, Botanique, 19/11/2007 20 novembre 2007 17:45, par Marc

      Le "je ne comprends pas les gens" faisait référence à Black Rebel Motorcycle Club qui était sold-out depuis belle lurette.

      C’est pas de bol qu’ils jouent dans le même jour non plus.

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)