Accueil > Musique > 2007 > Soulwax - Most Of The Remixes

Soulwax - Most Of The Remixes

mercredi 21 novembre 2007, par Fred

séance de rattrapage électro-dance.


Soulwax fait des remix !
Vous ne le saviez pas ?
et bien, voilà, c’est chose faite.

Vous le saviez ? alors réjouissez vous car la série des compilations de ces perles s’agrandit aujourd’hui d’un opus.
Comme le spécifie le titre, cet album contient : "Most of the remixes we’ve made for other people over the time except [...]".
_Et ce qu’on peut dire, c’est que la liste des remixes est longue.
Pas moins de 14 morceaux sur le premier CD ’studio’ allant de the Gossip à Muse, en passant par LCD Sounsystem ou Daft Punk.
Le second CD quant à lui est un mix réalisé pour les 2 Many DJ’s (les mêmes sous un autre nom pour ceux qui ne suivent pas). Et ce mix reprend... les plages du premier CD, plus quelques ajouts par exemple de Ladytron, Felix da Housecat et Hot Chip (au total 5, portant le total des pistes à 19).

Et une chose est certaine, l’efficacité est de mise. Comme par exemple sur une version de Robot Rock, chargée à la testostérone ou encore sur la version "electro-dark" de Muscle Museum de Muse . Ou encore sur le Phantom II de Justice qui en découdrait avec un Vitalic si on lui donnait l’occasion. Le reste est à l’avenant.
Bon, évidemment, revers de la médaille de cette efficacité, certains passages sur le second CD sont au delà de mes limites acceptables de bourinnage (Dominator de Human Resource Vs. 808 State me ramènerait presque dans les années 90, dans des soirées ou le Thunderdome était la norme...). Ce n’est cependant pas fréquent, on zappe la piste et on leur pardonne rapidement ce faux pas.

Mais bon, en somme, on peut voir ce double album comme une compile de la "crème de la crème" (à prononcer à l’anglaise svp) de ce qui se danse dans les lieux à la page ces 5 dernières années.
Et c’est pourquoi, bien que pas tout à fait indispensable - d’autant que vous avez certainement quelques uns de ces morceaux ça et là sur vos disques durs - on ne pourra pourtant que recommander cet album au plus grand nombre.
Que ce soit pour rattraper une culture électro, pour vous émerveiller avec nous du génie de ces compatriotes bidouilleurs, pour animer une soirée en urgence, ou encore parce que vous avez grand besoin d’un coup kick dans la voiture le matin, cet album fera l’affaire.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

1 Message

  • Soulwax - Most Of The Remixes 21 novembre 2007 20:31, par Paulo

    bien bien, juste au moment où je resortais le Kill The DJs par Optimo... c’est dans la veine.

    M’empêche je vieillis, j’ai du bourin à rattraper, vitalic live, daft punk live et ça...
    fiuuu

    repondre message

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)