Accueil > Musique > 2008 > Xiu Xiu - Woman As Lovers

Xiu Xiu - Woman As Lovers

vendredi 1er février 2008, par Marc

Un pont plus loin


On est toujours surpris par l’incommensurabilité abyssale des territoires musicaux à découvrir. Cette introduction pompeuse servira d’excuse pour n’avoir découvert Xiu Xiu (prononcez chou-chou) qu’avec leur sixième album.

Si vous pensez qu’Animal Collective est devenu écoutable, que Menomena c’est de la variété, il reste encore un bastion avant de sombrer dans l’expérimental. Xiu Xiu, vous l’aurez compris, parlera plus à des esprits curieux qu’à des fans de Mika (qui ne doivent pas me lire par brouettes entières d’ailleurs). Ce n’est pas de la pose vu que l’aspect déroutant se dissipe très vite et que quelques secondes de certains morceaux. Qui sont d’ailleurs tous plutôt courts. C’est une bonne nouvelle et prouve qu’ils savent ne pas gâcher par une trop grande dilution leurs bonnes idées.

Le premier titre est I Do what I Want When I Want et claque comme un manifeste de liberté. Des bribes de saxophone, des chœurs décalés mais ne cédant rien à la musicalité, tout se met en place pour l’écoute de l’album. Le collage semble artificiel en première analyse mais se révèle au final convaincant (No Friend Oh !). L’intensité qui surgit à l’improviste prouve en tous cas qu’ils savent exactement ce qu’ils font. Le morceau In Lust You Can Hear The Axe Fall est à ce titre exemplaire. Dense et intriguant de prime abord, il propose des ruptures et une explosion finale qui font immanquablement mouche. C’est pour moi un de mes morceaux de bravoure de l’année qui commence.

Dans le détail, c’est parfois le grand écart. Car après le début de l’album on trouve d’étranges points communs avec le folk dévoyé de Current 93 qui virent en déflagrations délirantes (F.T.W.). En effet, la flamboyance se fond progressivement au cours de l’album vers un registre plus intimiste. Black Keyboard ne déparerait pas certains Sol Invictus. C’est d’ailleurs dans cette famille qui sort des sentiers battus (Death In June) que je retrouve le plus de similitudes. D’intention du moins. Pour le reste on oscille du plus nerveux nerveux et imprévisible (White Nerd) au plus minimaliste (Master Of the Bump). C’est de cette constante tension, venant de la possibilité d’une surprise à tout moment qui donne tout son intérêt à ce Woman As Lovers. Pour être complet, j’ai retrouvé aussi bien la flamboyance de certains Bowie et le ton de voix du Scott Walker d’A Farmer In The City pour le timbre affecté du chanteur Jamie Taylor.

Chacun mettra ses limites évidemment, mais par exemple You Are Pregnant est un peu trop loin pour moi. A vous de voir jusqu’ou vous prendrez du plaisir. En résumé, les étiquettes n’adhèrent pas vraiment sur ce groupe et c’est aussi ce qui plait. Comparaison n’est pas raison sans doute mais une reprise permet parfois de mieux cerner un style, vu que la composition et l’écriture ont été empruntées. Ici, c’est l’hybride Under Pressure de Bowie et Queen qui sert de récréation. Car de recréation il est moins question. Même si la confrontation avec la version que nous a livré Keane est assez édifiante. Les arrangements ici sont plus délirants, même si l’esprit du morceau n’est pas dénaturé.

Il est toujours périlleux de conseiller un groupe qui nécessite une (courte) période d’adaptation. Mais ceux qui vont s’y frotter ne regretteront pas le déplacement. C’est qu’il y a chez Xiu Xiu une très bonne adéquation entre le plaisir d’écoute et l’exploration.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)