Accueil > Musique > 2008 > Miss Kittin - Batbox

Miss Kittin - Batbox

jeudi 14 février 2008, par Marc, Seb

"Frenchies do it better". Ah bon…


Mais que son devenues les têtes de gondoles de l’éphémère vague electroclash ? Miss Kittin nous revient avec un projet solo sous la forme d’une boîte à chauve-souris. Curieux comme nom me direz-vous, mais non « ca sonne bien :Batbox » vous répondra-t-elle et on ne lui donnera pas tort sur ce coup-là. Tout d’abord je ne comprendrai jamais pourquoi la scène electro s’évertue à sortir des albums. Ca donne toujours l’impression d’une appréhension envers la scène actuelle, plus à la page par définition. Une sorte de volonté de viser large s’est répandue afin d’atteindre un public moins exigeant plutôt acquis grâce à une notoriété construite au fil du temps (Tiga, Digitalism, Boys Noize, etc…). Auparavant, un unique killer track sortait et on attendait avec impatience le suivant et tout le monde était content. Bref le cap de l’album electro restera toujours pour moi un exercice périlleux que peu ont réussi. Autant être franc, Miss Kittin ne passe plus le cap. La variété de I.Com était réjouissante mais en quatre ans, la fraicheur s’est un peu éventée et on aurait pu comprendre la pertinence de Batbox un an plus tard, mais plus aujourd’hui.

« Frenchies do it better » assène-t-elle sur Kittin Is High. On aimerait bien la croire mais ça sent plus la méthode Coué que le manifeste. Elle reste cependant insensible aux modes et vous ne trouverez donc pas les vumètres dans le rouge de ses compatriotes, ce qui n’est pas dommage. Il reste cependant des moments plus intéressants sur la seconde partie (Metalhead qui malheureusement se dilue plus qu’il ne rebondit). Le problème c’est la densité en morceaux au mieux anodins au pire irritants par leur pauvreté. Il ne se passe pas grand’ chose sur Barefoot Tonight. D’une manière générale, les mélodies simplistes ont plus le goût d’une détresse solitaire cafardeuse que des gimmicks d’un Franck Sinatra inspiré. Certes, on est en droit d’attendre quelque chose de différent mais le manque d’évolution force la comparaison.

Sa voix, toujours bien présente, aurait pu masquer ses imperfections discutables mais elle ne fait qu’alourdir l’ensemble malgré l’utilisation de reverb et autre disto. Au moins Tiga avait le bon goût d’avoir un bon accent anglais à défaut de chanter juste. Son accent franchouillard, souvent charmant, use un peu à la longue. La réverb’ systématique pour singer la désincarnation a trop été entendu en son chef. On ne lui demande pas de se muer en diva, certes, mais là, c’est est presque embarrassant. Surtout que le contenu littéraire n’est pas exactement le fort de la sympathique Grenobloise (Grace). Un exemple : ‘Please take a shower of silence’ sur Pollution of The Mind. Hum

Le tout est finalement très Kitsch mais ce n’est sans doute pas le but. Les emprunts vintage ne sont pas un problème en soi quand on a le talent de The Knife pour les transcender mais quand c’est du procédé on baille. Elle laisse ainsi libre cours à certains de ses penchants cold-wave (les lignes de basses de Grace), voire même poppy-new-wave quand on retrouve la simplicité, ou plutôt la naïveté des tout premiers Depeche Mode sur Play Me A Tape. Un hommage à Vince Clarke ? Dans le même ordre d’idées, Wash ‘n Dry sonne comme une version dépouillée de certains Depeche Mode plus récents, la science du son de la bande de Basildon en moins. Malgré une intro plus trancy, Pollution Of The Mind use de sons de synthés qui viennent un peu gâcher le tableau.

On doit bien constater que ce rétro-futurisme nous a laissés un peu perplexe. Certes, viser l’éclectisme est une démarche salutaire, même si bien des réussites récentes (The Field, Stephan Bodzin, Pantha du Prince) n’ont pas besoin de beaucoup varier les plaisirs pour maintenir le niveau, mais tout manque de la plus élémentaire conviction pour convaincre que la simplicité est suffisante à notre plaisir d’écoute. Enfermée dans ses gimmicks, elle n’arrive à aucun moment à se hisser au niveau de l’actuel haut du panier électro.

Article Ecrit par Marc, Seb

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)