Accueil > Critiques > 2007

Brisa Roché - Takes

vendredi 21 mars 2008, par Paulo

Revival 60’s ou retro indie pop


Recup fin 2007

Cela commence sur un chant rappelant le phrasé anglais de Syd Barrett sur une sonorité piano une peu vieillie. Ce premier titre donne bien le ton général de cet album de Brisa Roché.
Heavy Dreaming commence un peu kitsh, on s’attend à un morceau de pop lourde par un girls band, mais c’est finement rattrappé et on finit par penser à des groupes des 60’s tels que le Jefferson Airplane, Mama’s and Papa’s.
Le timbre de voix n’y est sans doute pas pour rien. En fin de morceau on assiste à un effet de pan tout à fait audacieux, pas spécialement réussi mais qui fleure bon l’évasion, l’expérimentation, et à nouveau rappelle les débuts de la stereo et ses mixes extrêmes frolant le mauvais goût (pour exemple, réécoutez la version originale de Yellow Submarine des Beatles).

Ensuite avec The Drum on revient à une ballade blues plus classique, à Bob dylan et à beaucoup de choses depuis.

High aussi est un titre évoquant ces groupes psyche des années 60, Jefferson Airplane, ou encore, par la basse, ce titre de Roland Vincent récemment repris sur la BO de Ocean Twelve (également samplé par Kid Loco dans son premier titre phare She’s My Lover). Notons également les arrangements d’orgue très légers qui font toute l’atmosphère.

On assiste ausi à des duos comme sur Hand on Steel où le texte est doublé par une voix d’homme bien discernée, cela donne l’impressiond ’assister à un petit moment privilégié d’improvisation.

Whistle est le titre phare et promotionnel de l’album, qui passe bien à la radio à côté de On My Shoulders de The DO ou de I Kill Her de Soko. Tout ça fera partie des bons souvenirs de 2008.

C’est le moment de sortir une petite théorie, on a assisté à un revival folk, est-ce que de la même manière que cela a évolué à l’époque on assite pas à un approfondissement du style, à une dérive menant à des choses plus psyché. L’album de Brisa Roché illustrerait cela, le nouvel album de Portishead également même s’ils ne se réclament pas du folk mais on retrouve ce côté épuré côté voix et ce côté nu de production tout en étant très recherché. Cependant, pas d’illusion, nu de production n’existe pas, c’est certainement un travail plus subtil par rapport à des productions normalisées.

Citons encore d’autres titres tels que Trampoline, un mix judicieux d’une guitare finement reverbérée sur l’arrière et la plage bonus, aux sonorités clairement retro, rappelant les premiers pink floyd.

Au final, ce second album de Brisa Roché est très réjouissant, varié et intéressant sur toute sa longueur.

http://www.myspace.com/brisaroche

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

7 Messages

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)