Accueil > Musique > Concerts > Stars, Ancienne Belgique, 08/02/2008

Stars, Ancienne Belgique, 08/02/2008

lundi 11 février 2008, par Marc

Stars d’un soir


L’AB Box, comme son nom pourrait le laisser supposer au lecteur perspicace, est un salle située an haut de l’Ancienne Belgique. Pour y avoir déjà été, je me réjouissais donc d’y retourner pour voir un groupe du calibre de Stars. Comme la plupart du temps, il y a une première partie. Comme trop rarement, elle est plutôt bien. Apostle Of Hustle, qui fait partie de la tentaculaire nébuleuse de groupe indie canadiens, sent bon la détente, le manque de prise de tête et l’envie de jouer. Deux guitares, une batterie et c’est tout. Mais étonnamment ça ne sonne pas ‘garage’. On a droit à un mélange de space-rock compact, de math-rock léger, enfin, tout ce qu’il est possible de faire dans un side-project avec un line-up pareil. Il faudra que j’écoute le tout sur un Cd, histoire de trouver une détente.

Plutôt bien rôdé par contre dans mes oreilles, Stars déboule après un peu d’attente. L’intro est fidèle à celle du dernier In Our Bedroom After The War, à savoir un tapis qui précède un The Night Stars Here. Sans que je puisse trop expliquer pourquoi, la musique un rien policée de Stars ne m’a jamais semblé taillée pour le live. C’est un tort sans doute, vu qu’ils défendent bien leur répertoire avec une belle assurance. Ou presque. On comprend lors de leurs interventions qu’ils ont visité brièvement Bruxelles et que ça leur a plu. Mais j’ai aussi un petit soupçon concernant l’accompagnement liquide de cette déambulation. Le résultat, qui auditivement reste très correct, est que Torquil Campbell a l’air quand même un peu hors de son sujet, ce qui se traduira juste par quelques mimiques assez rigolotes.

On attend d’un concert des moments de magie mais il serait inconvenant de se plaindre quand ils ne viennent pas. C’est que ça ne se provoque pas. Et puis il y a les a-côtés, les spectateurs anglais saoûls qui gâchent le plaisir d’un Personal que j’ai peut-être trop entendu. Mais qu’on ne s’y trompe pas, les Stars ne sont pas des imposteurs, leur interprétation est digne de leur discographie, et on est sortis de là contents d’avoir vu en vrai ce qui passe si souvent dans nos oreilles.

Il y en a un peu plus, je vous les mets ?
http://picasaweb.google.be/marc.mineur/Stars

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)